1500€ de crédit d’impôt pour héberger un migrant : le Bastion Social demande d’aider d’abord les Français
Photo Facebook

1500€ de crédit d’impôt pour héberger un migrant : le Bastion Social demande d’aider d’abord les Français

L’annonce a fait du bruit : le député La République En Marche Aurélien Taché a proposé d’accorder un crédit d’impôt aux foyers hébergeant des migrants, à 5€ par nuit, jusqu’à 1500€ par an. Il se trouve que c’est un changement radical qui s’est produit en peu de temps, puisqu’il y a seulement quelques mois, il était condamné par la loi d’héberger des clandestins. Toute aide à un immigré clandestin était illégale, l’amendement à la loi encouragerait au contraire ce genre d’action. Finalement, le texte ne sera pas incorporé à la loi de finance, comme l’explique Gilles Le Gendre, chef de file LREM. Il y voit une niche fiscale, précisément ce que veut combattre son parti. 

En réaction à cela, le Bastion Social s’était mobilisé partout en France, et notamment à Strasbourg, pour dénoncer ce « privilège accordé aux étrangers », et propose d’aider les Français d’abord, donc d’instaurer « la préférence nationale ». Une banderole « Taché d’abord d’aider les Français » a été déployée dans plusieurs villes de France.

Sur leur page Facebook, le message est clair : « Pourquoi les députés qui sont censés servir le peuple et les intérêts des Français n’ont pas su mettre en place une loi en faveur des Français et européens dans le besoin? ». Aurélien Taché, lui, se félicitait : « très fier que ma proposition de crédit d’impôt solidarité réfugiés ait été adoptée aujourd’hui à l’Assemblée . Aucune intégration n’est possible sans rencontres avec les français [sic]. » Il n’a pas réagi aux propos de Gilles Le Gendre expliquant que le texte ne serait finalement pas accepté.

Le Bastion Social crie victoire à la suite de cette annonce. Leur but reste le même, « instaurer la préférence nationale et non la préférence étrangère ». L’idée d’un crédit d’impôt pour aider les Français les séduit davantage.

 

Un commentaire

  1. Bastion Social, mouvement néo-fasciste…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*