[Alsace – Autonomie] Martine Wonner (LREM) et Bruno Fuchs (MoDem) veulent s’inspirer de la Corse
Maisons anciennes à Boersch - Photo Alsace Actu

[Alsace – Autonomie] Martine Wonner (LREM) et Bruno Fuchs (MoDem) veulent s’inspirer de la Corse

On ne s’attendait pas à un soutien au projet d’unité territoriale alsacienne de la part des députés centristes, alors que leur bord politique était plutôt en faveur de la réforme des régions. Réforme qui a abouti à la fin de la région Alsace au profit de l’ensemble du Grand Est.

La quasi-totalité des députés souhaitent une entité territoriale nouvelle

Bruno Fuchs (MoDem) déclare que « l’objectif […] est d’aboutir à une collectivité à statut spécifique en Alsace ». En voulant s’inspirer de ce qui a été fait en Corse « sans le copier », ce député s’exprime donc en faveur d’une renaissance administrative du territoire alsacien.

Martine Wonner (LREM) aimerait une solution apaisée entre la sortie du Grand Est souhaitée par les autonomistes et le malaise provoqué par la dissolution de l’Alsace au sein de cette nouvelle région. « L’origine de cette démarche est le questionnement des citoyens en Alsace et notamment le bras de fer engagé par certains autonomistes qui veulent sortir de la région Grand Est » précise-t-elle.

Les députés alsaciens des Républicains s’étaient également prononcés pour un référendum qui permettrait de légitimer une entité politique alsacienne à statut particulier. Mieux encore, 440 élus alsaciens ont formé le groupe « Cap vers l’Alsace » dans ce but.

 

La voie corse, une impasse ?

Pourtant la voie corse ne semble pas donner beaucoup de satisfaction. Certes la Corse existe sur le plan administratif, avec une Assemblée territoriale, une région, mais elle n’a pas vraiment d’autonomie, pas de prérogatives particulières. Emmanuel Macron a refusé toutes les demandes des élus corses, en leur promettant seulement d’inscrire la Corse dans la constitution. Ce qui aura pour effet d’enchaîner par les liens constitutionnels l’île à la métropole !

Néanmoins les velléités de changement du côté corse ont permis de débloquer la parole en Alsace. Plus de tabou, les élus de tous bords n’hésitent plus à s’engager concrètement contre la nouvelle région Grand Est. C’est déjà un pas sur le chemin d’un statut particulier de l’Alsace.

2 commentaires

  1. Bien c’est un premier pas mais nous attendons plus pour des députés centristes qui par définition sont plus girondins que jacobins et sont plutôt fédéralistes pro européens et pas le doigt sur la couture à obéir à un chef.

  2. Si les politiciens sont des girouettes, ils savent que le vent la fait tourner. Alors quand des sondages successifs démontrent une direction dans laquelle souffle le vent, les girouettes s’alignent.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*