[Alsace] Les urgences débordées, jusqu’à 50 heures d’attente sur un brancard
Photo Pixabay

[Alsace] Les urgences débordées, jusqu’à 50 heures d’attente sur un brancard

Mieux vaut échapper aux urgences des hôpitaux alsaciens ces jours-ci. Débordés par les différentes épidémies (et par l’afflux régulier de personnes ayant des problèmes graves à traiter immédiatement), le personnel médical n’arrive pas à y faire face. Un manque de moyen qui peut coûter la vie à des personnes : à Lyon, une étudiante de 19 ans est morte de la complication d’une otite, après être allée deux fois sans succès aux urgences.

Seule solution en vue, le tri préalable

Pour éviter ces encombrements, l’agence régionale de santé demande aux patients de contacter d’abord un médecin qui jugera de la gravité de la situation. Plusieurs solutions, selon la gravité estimée par le patient ou ses proches : Le 15 (SAMU) pour toute urgence grave, la PDS (permanence des soins, uniquement Bas-Rhin) au 03 69 55 33 33, les associations SOS médecins via le 3624.

 

Ce premier appel téléphonique permettra de mieux aiguiller les patients. En effet, certains vont aux urgences pour des maux bénins, et s’étonnent de la lenteur de la prise en charge.

Le manque de moyens mis en cause

Selon France 3, à Strasbourg, la situation est si catastrophique que les syndicats FO et la CFTC ont lancé un appel à la grève illimitée à partir du 20 mars. Ils dénoncent « une situation extrêmement critique. Des nombreux patients attendent jusqu’à 50 heures avant d’être pris en charge du fait d’un manque de médecin et de lits« .

 

Manque de lits, mais aussi manque de médecins et de personnel soignant, difficile de faire face au problème dans ces conditions. Rappelons que la crise touche tout le secteur médico-social : une infirmière nous confiait récemment les problèmes qui touchent les EHPAD par exemple. Une situation générale qui, selon le mot de plusieurs concernés, ne peut pas s’éterniser ; le risque de rupture est fort.

 

Un commentaire

  1. Il n’y a plus d’argent dans les caisses et plus vous augmenterez les impôts moins les gens travailleront.Faut arrêter de socialiser et maintenant responsabiliser les citoyens.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*