[Alsace] Lettre de Stéphane BOURHIS, Conseiller Municipal de Hoenheim, à Emmanuel Macron

[Alsace] Lettre de Stéphane BOURHIS, Conseiller Municipal de Hoenheim, à Emmanuel Macron

Stéphane Bourhis nous a fait parvenir le texte d’une lettre qu’il a envoyé au président de la République, Emmanuel Macron, à propos de la place de l’Alsace dans la région Grand Est. Nous le publions ci-dessous.

Hoenheim, le 15 janvier 2019

Monsieur le Président de la République

Palais de l’Elysée 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré

75008 Paris

 

Monsieur le Président,

« Je vous fais une lettre que vous lirez peut-être si vous avez le temps… »

Vous ne pouvez l’ignorer : 84 % des Alsaciens, 84%, veulent le retour de leur région selon un sondage CSA. Depuis de l’eau a coulé sous les ponts du Rhin et vous allez bientôt, à Aix le Chapelle, imaginer un nouvel accord Franco-Allemand. A l’ancien locataire de Hoenheim et étudiant de l’Ena, je ne ferais pas l’insulte de rappeler l’âme européenne de l’imaginaire rhénan… J’oserai cependant écrire que si le moteur de l’Europe est le couple franco-allemand, l’Alsace en est la courroie de transmission naturelle.

Le petit élu que je suis a lu les questionnements posés par le Grand Débat : y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Oui et la fusion des départements alsaciens à l’ancienne région Alsace dans une nouvelle collectivité permettrait d’en expérimenter la réduction sur une région à dimension tant humaine qu’historique.

Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? Oui, et l’expérimentation alsacienne s’inscrit dans cette recherche de proximité.

Comment l’Etat devrait-il être organisé et comment peut-il améliorer son action ? Oui, en collant à des réalités et espaces de vie ouverts sur l’Europe comme pourrait l’être une Alsace à part entière, sortie de Grand-Est. Vous voilà « prêt à rouvrir la loi NOTRe » … Et si on parlait d’Alsace alors ? Parler d’Alsace, c’est expérimenter et comme le pensait Adrien Zeller, imaginer une « France forte de ses régions » !

Comme beaucoup d’anonymes, je participerai à mon niveau à ce débat ! Je ne le déserterai pas… Qui sait ? Si vous passez un jour à venir en Alsace, nous pourrions partager un morceau de tarte flambée, spécialité d’Alsace, s’il en est, et à défaut du monde, refaire le pays et y renouer un nécessaire dialogue … au plus près des préoccupations et libertés alsaciennes.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Stéphane BOURHIS, Fondateur de Touche Pas à l’Alsace, Conseiller Municipal de Hoenheim

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*