Analyse : Le plan pour prévenir les violences contre le personnel hospitalier
Photo Pixabay

Analyse : Le plan pour prévenir les violences contre le personnel hospitalier

Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, qui regroupe tous les hôpitaux de Paris et d’Ile de France, a présenté son plan de lutte contre la violence dans les services hospitaliers. Les chiffres sont alarmants. On dénombre en effet près de 20 000 attaques aux personnes ou aux biens signalées par les établissements hospitaliers chaque année. Celles-ci vont des incivilités et des injures aux vols et aux agressions. Ainsi selon l’observatoire national des violences en milieu de santé, on dénombre une agression toutes les 30 minutes sur un professionnel de santé.

Quelles mesures sont concrètement envisagées ?

Pour sécuriser les hôpitaux, Mr Hirsch a donc annoncé l’installation de plus de 1500 caméras, réparties dans la plupart des 39 établissements gérés par le groupe hospitalier. Il a également évoqué une expérimentation de la vidéosurveillance intelligente, avec des caméras qui pourraient détecter des bagarres, des colis suspects ou des patients égarés.

Que penser de ces mesures ? 

Les porte-paroles syndicaux ne se sont pas satisfaits de cette mesure. Ils ont notamment déclaré qu’elle ne résoudrait pas le problème des violences contre le personnel hospitalier. Celles-ci seraient dues selon eux à un manque de personnel médical, qui forcerait les patients à attendre parfois des heures et créerait des tensions. Alors que plusieurs centaines de suppressions de poste sont annoncées, ce manque de personnel ne risque pas d’être comblé de sitôt.

Il semblerait néanmoins que ces violences ne soient pas uniquement explicables par un manque de personnel. Il apparaît en effet que les hôpitaux fréquemment touchés par ces violences sont le plus souvent situés dans ou à proximité de zones dites sensibles. Dans ces mêmes quartiers les agressions de pompiers et de policiers sont également courantes. Le lien avec les services publics est pour le moins détérioré avec une partie de la population.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*