André Kornmann candidat aux sénatoriales dans la Nièvre
Extrait de la profession de foi aux sénatoriales 2014

André Kornmann candidat aux sénatoriales dans la Nièvre

Le célèbre avocat strasbourgeois est de retour dans l’arène politique! Mais cette fois-ci dans la Nièvre, en Bourgogne, pour les élections sénatoriales du 24 septembre 2017.

Cette nouvelle candidature dans la Nièvre lui donnera-t-elle le succès qu’il n’a pas connu en Alsace? André Kornmann pense pouvoir s’appuyer sur une bonne connaissance du terrain. En effet, il a précisé au Journal du Centre bien connaître la région, rendant souvent visite à un oncle qui habitait à Château-Chinon.

La dernière fois que Maître Kornmann s’est présenté à une élection sénatoriale, c’était en 2014 dans le Bas-Rhin, avec pour résultat 4 voix (soit 0,15% des suffrages exprimés). Sa profession de foi économe (un recto photocopié en noir et blanc) tranchait fortement du style des documents électoraux des autres candidats :

PF 2014 complete

Colistier du Modem en 2008

Ce n’était toutefois pas la première fois que l’avocat strasbourgeois se présentait au suffrage de ses concitoyens. En mars 2008, il était colistier en 28ème position de la liste du Modem conduite par Chantal Cutajar.

Parallèlement à cette candidature, il avait proposé ses services d’avocat à Robert Spieler, candidat à cette même élection pour la liste Strasbourg d’abord!, pour tenter de faire invalider les bulletins de vote de la liste UMP conduite par Fabienne Keller. André Kornmann est en effet connu pour avoir une dent contre Mme Keller, le chef de file de la droite à Strasbourg.

Candidat éphémère du FN aux municipales 2014

André Kornmann avait ensuite été pressenti et choisi pour conduire la liste du FN aux élections municipales de Strasbourg en mars 2014. Son profil de notable et ancien colistier du parti centriste avait séduit un parti en recherche de renouvellement.

C’est ainsi que dès le mois mai 2013 André Kornmann avait reçu son investiture, et avait entamé un début de campagne électorale. Il avait confirmé à Rue89 Strasbourg sa volonté d’investir totalement pour Strasbourg : « Je n’ai pas d’enfant car je n’ai pas envie de faire subir à quelqu’un ce que ma mère narcissique et égoïste m’a fait subir. Mon père, pour lequel j’avais beaucoup d’affection en revanche, ayant quitté ce monde récemment, je suis prêt à m’investir totalement pour les Strasbourgeois.« 

Municipales : le FN change de visage pour repasser les 15%

Cette investiture a toutefois volé en éclat quelques mois plus tard, à la suite d’une conférence de presse programmatique où son programme avait choqué, y compris dans les rangs du FN : chenil municipal de dressage de chiens d’envergure pour assister la police municipale, dépôt des Roms au consulat de Roumanie, rétablissement des punitions dans les établissements scolaires (voir plus bas).

Des candidatures diverses et avortées

Destitué mais pas abattu, Maître Kornmann a ensuite essayé de constituer sa propre liste aux municipales « Strasbourg pour les Strasbourgeois, et pour eux seuls! Non à l’Europe!« . Il n’y est toutefois pas parvenu, faute de pouvoir respecter la parité par insuffisance de colistières, et ce malgré un recours au Conseil Constitutionnel demandant l’abolition de la parité.

 Ce recours, rejeté, avait été rédigé à la machine à écrire :

Recours anti-parité (1)

Recours anti-parité (2)

Recours anti-parité (3)

Recours anti-parité (4)

Après les sénatoriales de septembre 2014, l’infatigable Maître Kornmann a ensuite annoncé sa volonté de se présenter aux élections départementales dans le canton de Saverne, afin de « prendre un peu de recul avec le marigot politique strasbourgeois« .

Mais lui et sa colistière pressentie vont finalement renoncer. Les DNA expliqueront : « outre une charretée d’insultes envers leurs adversaires, ils invoquent des questions de budget à boucler« .

Kornmann aux Républicains : « Je suis disposé à vous faire l’honneur d’accepter votre investiture »

Qu’à cela ne tienne, André Kornmann était de retour pour une législative partielle à Strasbourg en mai 2016, suite à la démission du député Armand Jung.

Dans un premier temps, il a informé Les Républicains qu’il était disposé à leur faire l’honneur de les représenter à cette élection. LR ayant selon toute vraisemblance renoncé à saisir cette opportunité, André Kornmann décida de se présenter en tant que candidat divers-droite.

Toutefois, la Préfecture du Bas-Rhin a choisi dans la nomenclature administrative d’attribuer l’étiquette EXD (Extrême-Droite) à la candidature d’André Kornmann, au détriment de celle qu’il entendait avoir (DVD Divers Droite).

Scandalisé et considérant que cette appréciation « fausse la sincérité du scrutin« , André Kornmann a annoncé son retrait de l’élection. Le délai de rétractation étant passé, sa candidature a toutefois été administrativement maintenue. La candidature Kornmann a obtenu 0 voix.

Se comparant volontiers à Donald Trump, il avait alors affirmé sa volonté de revenir pour les législatives de juin 2017 : « Je recule pour mieux sauter » avait-il déclaré aux DNA. Ce retour n’a jamais eu lieu, peut-être pour mieux préparer l’échéance électorale de septembre 2017.

Les 10 propositions choc d’André Kornmann au fil des scrutins

André Kornmann s’est fait remarquer pour ses nombreuses propositions chocs énumérées au fil de ses candidatures (abouties ou avortées). En voici quelques unes :

– mettre à disposition de la police municipale un chenil que les policiers municipaux pourront utiliser lors des manifestations présentant un risque de trouble à l’ordre public, en précisant qu’il s’agirait de « chiens de grande envergure, des chiens d’attaque, pas des teckels ou des chihuahua » [municipales 2014]

– déposer les Roms devant le consulat de Roumanie à Strasbourg, en précisant que « les policiers sonneront à sa porte aussi longtemps qu’il faudra » [municipales 2014]

– rétablissement des carnets de liaison dès l’école maternelle et des punitions à l’école, sous peine que les écoles ne jouissent plus des subventions de la mairie [municipales 2014]

– supprimer le parc de la Place de la République (où se trouve le monuments aux morts de la ville) pour y installer un parking (source) ; de façon plus générale, plus de parking en centre ville quitte à se dédouaner des règles sur les monuments historiques (source) [municipales 2014]

– démission au bout de 18 mois si les Sénateurs élus ne sont pas parvenus à lancer des débats autour des propriétés énoncées dans leur programme [sénatoriales 2014]

– construction de « camps style Guantanamo » [législative partielle, mai 2016]

– abrogation avec effet immédiat du Concordat pour stopper le financement du bonsieusisme (sic) et ses dérivés [législative partielle, mai 2016]

– violer chaque jour le règlement intérieur de l’Assemblée nationale [législative partielle, mai 2016]

– supprimer le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’État [sénatoriales 2017]

– étendre le délai d’IVG à 24 semaines [sénatoriales 2017]

Une relation difficile avec les notaires

Outre ses nombreuses et trépidantes aventures électorales, Maître Kornmann est également connu pour avoir une relation difficile avec les notaires.

Il a été condamné fin 2016 à trois mois de prison avec sursis, six mois d’interdiction d’exercer sa profession d’avocat et 3.000 euros d’amende.

L’avocat André Kornmann condamné pour sa haine viscérale des notaires

En effet, Maître Kornmann a été condamné pour violences et appels téléphoniques malveillants à l’endroit de plusieurs anciens notaires à la retraite. Notamment à l’endroit d’un notaire de 93 ans à qui Me Kornmann reprochait de lui avoir refusé un stage en 1987, soit 29 ans plus tôt. Dans des missives explosives, Me Kornmann qualifiait l’ancien notaire Krantz de « gros plein de graisse » et considérait que l’accident ayant conduit son fils dans le coma comme une « punition du bon Dieu« .

« Je reconnais que ma plume a dépassé ma pensée. Mais il aurait au moins pu me répondre« , se justifiera auprès du juge André Kornmann.

Son interdiction d’exercer lui a-t-elle donné le temps de peaufiner sa stratégie de campagne pour les sénatoriales? Les Grands Électeurs de la Nièvre trancheront le 24 septembre prochain.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*