Conflits et influences étrangères autour de la grande mosquée de Strasbourg

Le site d’information strasbourgeois Rue89 Strasbourg révèle que des conflits récurrents ont lieu autour des influences étrangères au sein de la grande mosquée de Strasbourg. Plus concrètement, le Maroc souhaite avoir son mot à dire sur la nomination du recteur en échange des subsides qu’il accorde à la mosquée (lire l’article entier de Rue89 Strasbourg).

Le Front National en a profité pour se saisir publiquement de l’affaire en soumettant au Conseil Régional du Grand Est – en sa qualité de successeur du Conseil Régional d’Alsace ayant participé au financement de la mosquée – une question écrite à l’exécutif régional dirigé par Philippe Richert (LR).

question écrite FN Grande Mosquée de Strasbourg

Le financement de la construction de la mosquée a été partagé à 26 % par les collectivités locales alsaciennes (toutes UMP à l’époque) : 8% pour la Région Alsace, 8% pour le département du Bas-Rhin, 10% pour la Ville de Strasbourg, soit un total de 1,6 millions d’euros. Le Maroc a contribué à hauteur de 700 000 euros, l’Arabie saoudite près d’un million d’euros (source : Wikipedia).

Le débat est également vif sur la présence d’un minaret pour cette mosquée, initialement prévu puis retiré du projet. En 2009 déjà le sujet faisait polémique :

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*