Confusion des luttes : des anti-GCO mêlent combat pour les migrants et écologie

Confusion des luttes : des anti-GCO mêlent combat pour les migrants et écologie

La « Convergence des Luttes » est un des thèmes favoris des mouvances de gauche aujourd’hui. Toutes les luttes, sociales, sociétales, écologistes ou autres devraient converger car au fond elles auraient beaucoup de similitudes, notamment dans leur combat envers un « système » oppressif. Ainsi chaque « lutte » peut être soudainement associée à d’autres, pour l’intégrer à cette « lutte globale ». Le projet du Grand Contournement Ouest de Strasbourg ne date pas d’hier. Il est en question depuis des décennies, et depuis le début des opposants locaux au projet tentent de le faire échouer.

Récemment, le projet du GCO a connu une médiatisation sans précédent : des députés, et notamment François Ruffin de la France Insoumise, sont venus sur place pour montrer leur soutien aux opposants. De nouveaux visages sont venus en Alsace pour élever la voix. Cela s’est traduit par un durcissement du combat, mais également par un phénomène de confusion des luttes assez flagrant. Les premiers opposants au projet appuyaient sur l’aspect écologique local, le grand hamster d’Alsace notamment. Les nouveaux arrivés mêlent la lutte contre le GCO à celle pour le climat, et même à celle des migrants. En clair, la lutte contre le GCO a été intégrée à la grande lutte globale des mouvances de gauche. Elle est passée d’une lutte locale à une lutte globale.

 

Or on pourrait tout à fait imaginer un gouvernement refuser à la fois le GCO et les migrants, ou bien accepter les migrants et refuser le GCO, ou encore accepter le GCO mais pas les migrants. C’est le problème de la confusion des luttes, car elles sont totalement dissociables et les mêler entre elles provoque davantage un flou qu’une union. « J’ai envie de me battre contre le GCO mais également contre l’immigration » deviendrait donc impossible à formuler ? Pas sûr que ce flou savamment entretenu soit utile à la lutte contre le GCO, qui enferme le combat dans une posture de gauche mondialisée.

Cependant tout ne se résume pas à cela : les militants anti GCO se révèlent bel et bien actifs sur le terrain, et appellent à « une nouvelle opération «OCCUPE TA RD 31 » […] prévue MARDI le 16 octobre, à Pfulgriesheim, de 7 heures 30 à 9 heures. Rendez-vous au carrefour du Crédit Mutuel. ». Malgré le début des travaux, l’opposition ne s’avoue donc pas vaincue.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*