Contre le « Black Friday » diffusons le « Green Friday » !

Contre le « Black Friday » diffusons le « Green Friday » !

Un article d’Aurore Bonnel. Suivant le modèle venu des Etats-Unis, le « Black Friday » prend de l’ampleur en France. À l’approche des fêtes de Noël nul ne peut ignorer les publicités intrusives nous poussant à consommer toujours plus en bradant notre quotidien lors de cette grande opération commerciale qui a lieu le dernier week-end de novembre.

Les achats : la nouvelle drogue

Ce concept a lieu outre-Atlantique le lendemain de Thanksgiving, ouvrant la période des achats de Noël.
Les commerçants en profitent pour proposer des soldes importants, en ligne ou en magasin, le vendredi ou pendant tout le weekend qui suit. Cette démarche commerciale, apparue en France en 2014, y suscite un réel engouement. L’an passé, 15 millions de Français ont participé au Black Friday (étude Toluna Thoughts). Les équipements High-Tech font partie des produits les plus plébiscitées (20,5% des achats).
Une étude de l’UFC Que Choisir révèle pourtant que ces promotions permettent des réductions de 2% en moyenne. Il s’agit donc bien d’une incitation à la consommation compulsive.

Affiche officielle du Green Friday d'Envie

Affiche officielle du Green Friday d’Envie

Le « Green Friday » pour une consommation responsable

Contre ces pratiques de consommation à outrance, le réseau Envie souhaite interpeller les consommateurs : « avec le Green Friday, Envie compte instaurer un rendez-vous annuel autour d’une consommation plus raisonnée et responsable. » explique Anémone Berès, Présidente de la Fédération Envie.
Des professionnels travaillent chaque jour dans les ateliers de la Fédération implantés au plus près des consommateurs pour « sauver » des équipements mis au rebut « Une machine rénovée peut repartir pour 10 ans, il faut sortir de la logique du tout jetable. » ajoute encore la Présidente.
Chaque année, Envie offre ainsi une seconde vie à plus de 94 000 équipements électroménagers ou multimédias vendus sous garantie en moyenne à 50% du prix du neuf.
Ce « vendredi vert » ou « Green Friday » est l’occasion de réinterroger les habitudes d’achat et de montrer qu’il existe d’autres manières de consommer.

L'économie circulaire selon Envie

L’économie circulaire selon Envie

Envie, une alternative au tout jetable

Alors qu’Emmaüs Strasbourg se trouve confronté à des problèmes de qualités et de garantie sur l’électroménager, un groupe de travailleurs sociaux cherche à monter une activité pour créer de l’emploi en insertion. En 1984, la première structure d’Envie (Entreprise Nouvelle Vers l’Insertion par l’Economique) ouvre alors à Strasbourg. Son but : récupérer des déchets d’équipements électroménagers, les réparer et les vendre. Les bases d’une économie circulaire et solidaire sont posées. En 2006, la législation européenne sur les DEEE (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques) fondée sur le principe de responsabilité élargie des producteurs entre en vigueur en France, offrant l’opportunité à Envie de faire valoir son expertise dans le domaine. Aujourd’hui, un tiers des DEEE collectés en France sont traités par Envie, cette fédération qui compte près de 45 magasins, 2 500 salariés en ETP et plus de 400 bénévoles.

Pour participer au  « green Friday », rendez-vous du 23 au 25 novembre 2017 en magasin (6 rue Hérade à Strasbourg, 154 Route d’Ingersheim à Colmar et 58 Avenue de Belgique à Illzach) : conseils, cours de réparation, promotion et goodies durables seront dispensés.

2 commentaires

  1. Et pourquoi nommer cette noblie initiative encore une fois en anglais. Vendredi Vert est-ce trop ringard ?

  2. Bravo Tancrède vous l’avez dit avant moi Vive la France et vive la langue française!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*