Décès de Martin Hell, ancien président du parti autonomiste alsacien UPA
Martin Hell (1933-2018)

Décès de Martin Hell, ancien président du parti autonomiste alsacien UPA

Martin Hell – Márti, comme l’appelaient ses amis – était un militant autonomiste haut-rhinois qui présida entre 1998 et 2003 l’Union du Peuple Alsacien (UPA). Il a jusqu’à la fin de son existence défendu ses convictions, notamment ces dernières années en témoignant dans le film « Von Schmierwurscht & Baguette« . Il est décédé samedi dernier à l’âge de 85 ans.

Il rejoignit dans les années 1990 ceux qui en 1988, avec Bernard Wittmann et Gabriel Andres (1925-2016) fondèrent l’Union du Peuple Alsacien (Elsässische Volksunion, UPA-EVU) qui incarna pendant 21 ans le combat autonomiste en Alsace. L’UPA a vécu jusqu’en 2009, lorsque le parti a fusionné avec le mouvement de jeunes Fer’s Elsass pour donner naissance à Unser Land. Le succès d’Unser Land, lié notamment au déclin d’Alsace d’abord et au rebond de l’autonomisme alsacien après la fusion de l’Alsace dans le Grand Est, et l’émergence d’une nouvelle génération de militants alsaciens, fait que la mémoire de l’UPA est limitée à un noyau dur de militants historiques.

Lors des élections cantonales du 20 mars 1994, Martin Hell se présenta dans le canton d’Hirsingue où il vivait dans la commune d’Oberdorf, et obtint 4% des voix. Trois ans plus tard, il se représenta – cette fois-ci aux législatives – dans l’arrondissement de Thann-Altkirch (Haut-Rhin) et obtint 1,71%.

Suite à l’échec de l’UPA lors des élections régionales de 1998 (et des dissensions qui s’en suivirent en raison des désaccords stratégiques avec une mise en veilleuse des thématiques trop autonomistes durant la campagne), le parti a connu d’importantes difficultés, ainsi que des dettes importantes issues de la campagne électorale. C’est à ce moment que Martin Hell a pris la présidence de l’UPA, assumé personnellement une partie des dettes et redonné un souffle à un mouvement menacé de disparition pure et simple. Il passera le flambeau à Daniel Willmé en 2003, qui assurera la présidence de l’UPA jusqu’à la création d’Unser Land.

Dans un entretien avec le magazine « L’Esprit européen » (hiver 2001/2002), Martin Hell déclare : « L’U.P.A / E.V.U. est un parti autonomiste, car il n’y a pas de démocratie sans autonomie. […] La Corse, ainsi que l’Alsace et toutes les régions qui le désirent ont droit au respect de leurs spécificités. […] Avant tout, il faut savoir que l’Alsace est une région germanophone tout comme la Suisse alémanique […] ceci depuis au moins quinze siècles. Nous avons été occupés (colonisés) par la France en 1648 – 1674 / 1675 – 1681. Cette colonisation a duré jusqu’au retour à l’Empire allemand en 1871 jusqu’en 1918. Le 1er mars 1871, le traité de Francfort fut approuvé par l’Assemblée nationale [française] à Bordeaux […] à 83 % de majorité. […] Le 31 mai 1911, fête nationale de l’Alsace-Lorraine, nous avions l’autonomie avec notre propre constitution, notre parlement, notre gouvernement […] Nous demandons la révision du traité de Versailles de 1919 qui est la cause des principaux malheurs qui ont suivi. […] L’Alsace doit devenir une région libre dans une Europe démocratique. »

Martin Hell a également été l’auteur d’un ouvrage « Le drame d’une colonisation ».

Les obsèques auront lieu le jeudi 9 août à 14h30 à l’église Saint-Martin de Grentzingen (près d’Altkirch).

Cet article est largement inspiré de la traduction de l’article publié en allemand dans le Straßburger Zeitung.

Le programme politique de l’UPA :

Programme UPA - FR

2 commentaires

  1. Comptant parmi les fondateurs, en 1988, de l’Union du Peuple Alsacien / Elsässische Volksunion, je me dois de pointer une erreur dans votre article. En effet, mon regretté ami Martin Hell n’a été ni le fondateur, ni le co-fondateur du parti, il ne nous a rejoint que plus tard (ce qui ne diminue en rien la portée de son engagement ultérieur). L’initiative de cette création revient à 6 personnes : Bernard Klein, Maurice Schalck, Bernard Schwengler, Marc Ledogar, Gabriel Andrès et moi-même (voir sur le site Unser Land https://www.unserland.org/unser-land/histoire-du-parti/). Le comité constitutif, formé de ces 6 personnes, s’est réuni la première fois au printemps 1988 au restaurant « La ville de Bâle » à Strasbourg. Peu après a eu lieu l’assemblée générale à l’Hôtel Pax, toujours à Strasbourg. Le programme, clairement autonomiste, a été rédigé essentiellement par 3 personnes (B. Klein, B. Schwengler et B.Wittmann, tous membres du comité de rédaction de Rot un Wiss) et fut imprimé dans l’imprimerie de Rot un Wiss. Les illustrations de la première brochure exposant le programme furent l’œuvre de Marc Ledogar, artiste peintre. Dans le n°136 de Rot un Wiss (juillet/août 1988), je publiais l’intégralité du programme du parti et lançais un appel aux lecteurs pour venir le rejoindre. Dans la foulée, nous avons procédé à la distribution du célèbre tract titré « Nous voulons l’autonomie » (avec un poing levé dessiné par le peintre E. Cordier). Ce n’est que bien plus tard, après les régionales de 1998, que Martin Hell prit la direction du parti (en lui donnant un nouveau souffle grâce à un travail militant assidu). A partir de 2003, c’est Daniel Willmé qui en assura la présidence (DNA 5.6.2007).
    Bernard Wittmann

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*