Des policiers solidaires du blocage du 17 novembre, d’autres répriment déjà les « gilets jaunes »

Des policiers solidaires du blocage du 17 novembre, d’autres répriment déjà les « gilets jaunes »

La journée du 17 novembre promet déjà d’être déterminante. Samedi prochain, des dizaines de milliers de Français, au bas mot, devraient bloquer les routes pour protester contre la taxation du carburant par le gouvernement, responsable d’une hausse record du prix à la pompe. La police, elle, semble divisée sur l’attitude à adopter.

Des syndicats de policiers solidaires du mouvement

Dans un communiqué intitulé « Les policiers sont avant tout des citoyens », le syndicat UNITÉ SGP POLICE / FSMI-FO se dit « solidaire de la journée Citoyenne du 17 novembre 2018 ». Cela va prendre une forme concrète, puisqu’il est demandé « à tous les collègues d’observer une journée blanche sans timbre-amende. » Ni amendes ni contraventions.

Par ailleurs, l’Union des Policiers Nationaux Indépendants, ou UNPI, soutient également le blocage. Ce mouvement est apolitique et non-syndical.

Des policiers répriment avec zèle un rassemblement de « gilets jaunes »

Les faits ont eu lieu dans la Somme, à Albert. Suite à un rassemblement de personnes vêtues de gilets jaunes, alors qu’Emmanuel Macron visitait la ville, des policiers les ont évacué manu militari. Pourtant, le rassemblement était pacifique.

 

Difficile donc de dire si la police sera ou non du côté des manifestants samedi prochain. Si certains devraient agir avec douceur voire être favorables aux bloqueurs, nul doute que certains citoyens en colère vont faire une rencontre moins agréable avec les forces de l’ordre…

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen soutiennent d’ores et déjà le mouvement et ont plus ou moins incité leurs troupes à le rejoindre.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*