Drépanocytose : 37.45 % des naissances en Alsace sont d’origine extra-européenne

Drépanocytose : 37.45 % des naissances en Alsace sont d’origine extra-européenne

Les statistiques ethniques sont interdites en France. Ainsi les démographes et autres personnes intéressées par la composition ethnique de notre pays se penchent sur d’autres chiffres. En particulier, ceux de la drépanocytose.

La drépanocytose, qu’est-ce que c’est ?

La drépanocytose est « une maladie génétique due à la mutation d’un seul gène, et qui se caractérise par l’altération de l’hémoglobine, la protéine assurant le transport du dioxygène dans le sang ». Maladie génétique, elle toucherait 50 millions d’individus dans le monde, et concernerait 300 000 naissances par an.

Cette maladie est dépistée en France à la naissance. Elle ne touche pas les populations européennes, qui ne sont donc pas dépistées. Ainsi, seules les nourrissons d’origine extra-européenne sont dépistés. Ce qui donne naturellement des chiffres sur le pourcentage de naissances extra-européennes en France. Ces chiffres sont publiés chaque année par l’Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l’Enfant (AFDPH).

Carte avec statistiques régionales

Carte avec statistiques régionales

En 2016, une hausse globale des naissances extra-européennes

Que nous apprennent donc ces chiffres ? En France, 39,39% des nouveaux-nés sont dépistés, contre 38,85% en 2015. La région avec le plus de naissances extra-européennes est l’Île-de-France (73,56%), la région avec le moins de dépistés est la Bretagne (9,10%).

Pour ce qui est de l’Alsace, c’est 37,45% des nouveaux-nés qui ont été dépistés et qui seraient donc d’origine extra-européenne, contre 35,86% en 2015. Sur ces dizaines de milliers de naissances, seuls 4 individus ont été déclarés positifs à la drépanocytose.

Face à cette utilisation des chiffres de la drépanocytose, certains préconisent de dépister toute la population, pour éviter d’avoir des statistiques ethniques par ce biais.

6 commentaires

  1. Voilà la solution définitive aux problèmes identitaires et nationalistes qui déchirent l’Europe.

    Personnellement, je me réjouis bien sûr que notre pays par le biais de la solidarité nationale et de notre système de soins aide au dépistage des populations susceptibles de transmettre cette affreuse maladie qu’est la drépanocytose.
    Mais au-delà de ce problème sanitaire et humanitaire terrible, le remplacement des populations européennes, massif et rapide, est prometteur d’un avenir meilleur pour notre continent. Il apporte la solution radicale aux conflits multiséculaires générés par les nationalismes qui ont déchiré l’Europe et causé tant de divisions entre les Frères Humains, tant de souffrance épouvantables à l’humanité entière.
    Car le métissage de masse et le mélanges des races qui n’existent pas portent en eux une Humanité nouvelle, sans « races » – la notion de « race » banni du vocabulaire doit encore disparaître dans les faits – ni ethnies d’aucune sorte. Sous nos yeux est en train de naître dans nos maternités, nos berceaux et nos écoles une société nouvelle, sans barrières ni discriminations, ni ségrégations d’aucune sorte, sans conflits, sans frontières, sans « identités meurtrières » à l’origine de tous nos malheurs ; les Frères Humains de ce monde nouveau pourront vivre dans la paix et s’épanouir dans la République Universelle d’Europe sous le soleil du Grand Orient.
    Nous pouvons être fiers, nous autres Alsaciens, de nos hommes politiques qui ont porté notre région qui n’existe plus – et n’a d’ailleurs jamais existé – en tête de ce palmarès de la plus remarquable mutation démographique de tous les temps. Après la région Île-de-France où pratiquement les trois-quarts des naissances sont désormais d’origine africaine ou nord-africaine, l’Alsace est au coude-à-coude avec Rhône-Alpes, après la région PACA et Languedoc Roussillon.
    Ces vieux Alsacos réacs et rétrogrades, badernes « nauséabondes » et bornées que dénoncent si justement les plus éclairés d’entre nous (G. Bischoff, B. Reumaux, l’OVIPAL et nos universitaires etc.) vont disparaître et avec eux leurs sempiternelles récriminations et pleurnicheries identitaires et culturelles.
    Notre gratitude va à tous ces élus et inconnus qui, patiemment et avec constance, ont accueilli, favorisé, éduqué, nourri et soigné ceux qui venaient chercher refuge chez nous.
    Nous nous torturons les méninges avec de vieilles idées d’un autre âge comme « l’identité », la « culture », la « civilisation » etc. autant de conceptions qui toutes portent en germe l’intolérance, la violence, le nationalisme, les guerres et la mort.
    Avec la résorption rapide puis la disparition des populations qui se disent avec tant de ridicule et de prétention « blanches » – qui n’ont d’ailleurs jamais existé ailleurs que dans les cerveaux d’idéologues racistes – ces problèmes ne se poseront plus et tomberont définitivement dans les oubliettes d’une Histoire qui n’a jamais existé elle non plus, pur fantasme de peuples belliqueux, conquérants et dominateurs. Oui, le bouleversement démographique en cours apporte la solution radicale aux crispations nationalistes et identitaires, un problème aussi lancinant et embarrassant que celui d’un vieillard qui n’en finit pas d’agoniser et ne veut pas mourir.
    Je ne comprends vraiment pas que nos hommes politiques ne s’emparent davantage de cette question, car n’y a-t-il pas là tous les motifs de se réjouir, vraiment ?

    • Quel humour noir ! Je n’aurais pas imaginé me réjouir d’un tel scénario !

      • Il me semble que tout ce commentaire est de l’humour très « noir » (dans tous les sens de cette expression…) ou, en linguistique, une antiphrase, c’est évident non ?

    • J’aimerais ajouter que c’est évidemment la région mulhousienne qui « tire l’Alsace vers le haut » de ce palmarès, si je puis dire. Regardez et analysez bien les cartes de l’excellent livre de Christophe Guilluy, « Le crépuscule de la France d’en haut » : on voit très nettement que, dans le centre urbain, la majorité des naissances se font dans des familles dont les deux parents sont d’origine étrangère, c’est-à-dire extra-européenne, nord-africaine et massivement africaine (il me semble que les taux atteignent 60% voire plus dans certains quartiers). Il y a des écoles situées dans le centre urbain où il n’y a pratiquement déjà plus d’enfants blancs.
      Tout le monde sait que c’est le maire précédent, Sa Majesté Jean-Marie Bockel (malgré les protestations et dénégations de celui-ci, « c’est pas moi qui ai fait ça ! gnan-gnan-gnan » peut-on l’entendre protester) et celui qui a longtemps été son premier adjoint, Pierre Freyburger (un obsédé de l’immigration), qui sont à l’origine de ce record. Chaque mulhousien se souvient très bien du choc massif qui s’est produit durant l’été 2006 : des Africains (venus de région parisienne) par dizaines « prenaient possession » – on ne peut employer d’autre expression – du centre ville mulhousien. C’était le sujet de toutes les conversations sous le manteau. En roulant les épaules et en déambulant sur toute la largeur du trottoir, ils guettaient le moindre signe d’étonnement ou d’hostilité…
      Dans les années qui ont suivi, Sa Majesté Jean-Marie Bockel a été plusieurs fois sous-ministre du président Sarkozy (avec de gros coups de bâtons) ce qui a donné lieu à certains propos quasi diffamatoires qui suggéraient une relation de cause à effet…
      Mulhouse, le « neuf-trois » alsacien, est une ville totalement irrécupérable : elle est l’illustration parfaite, emblématique, des conséquences de l’immigration de masse et de toutes les évidences que l’on veut nier. Il n’est plus possible d’inverser la tendance. C’est un « no man’s land », un « non lieu, de partout et de nulle part », la réalisation parfaite de cette société « idéale », « métissée » et « multiculturelle » – d’où la culture est évidemment totalement absente – dont rêvent tous les milieux de gauche et d’ailleurs, toutes les francs-maçonneries en attente de la société universelle sans identités, un espace peuplé de zombies sans attaches et d’esclaves à la merci de la toute puissance de l’Etat et du pouvoir financier et économique. C’est à cela que ceux qui détiennent le véritable pouvoir (financier, bancaire et économique) veulent nous réduire et c’est pour cette raison que tout le monde veut fuir Mulhouse.
      La conséquence la plus déprimante de cette ingénierie sociale et ethnique brutale est que, systématiquement, toute ville victime de l’immigration de masse devient automatiquement une ville hyper-policière et c’est le cas de Mulhouse par excellence. Sa Majesté Bockel a recherché, entre autres, les conseils de l’ex-Grand Maître du Grand Orient, Alain Bauer (voir : http://alainbauerconseil.com), pour reprendre le contrôle de la ville. « Tu le sais (il le tutoie) la franc-maçonnerie est présente à Mulhouse etc. » où il l’avait invité. C’est bien connu, Mulhouse est un bastion agressif de la franc-maçonnerie (leur gourou « Oncle Teddy » : https://fr-fr.facebook.com/Cercle-R%C3%A9publicain-68-Edouard-Boeglin-164568533586623/). Il est toujours vraiment très attendrissant de voir Jean-Marie flatter, cajoler, charmer, courtiser l’ancien « Grand Maître » et d’autres huiles du même acabit ; Jean-Marie sait être, avec beaucoup d’art et de gracieuses courbettes, un charmant courtisan, c’est une qualité que personne ne lui refuserait. « C’est un charmant garçon » disait de lui cet autre homme d’Etat prestigieux, Jacques Chirac. Mais Jean Rottner son successeur, un autre Frère Vénérable (GLDF), a lui encore été beaucoup plus malin : son grade maçonnique lui a permis une ascension politique fulgurante, là où Jean-Marie a dû ramer un peu. C’est un très grand démocrate aux idées larges, comme tous les Frères : tout ce qui ne s’accorde pas à ses conceptions est au mieux une « incivilité » passible de poursuites et a un caractère « nauséabond ». « Nauséabond ! Nauséabond ! », frère Rottner est comme ce moine d’un conte zen qui accusait ses compagnons de puer et qui ne remarquait pas le bout d’excrément accroché à son nez.
      Pendant ce temps, nous autres simples bougres (je n’ose pas dire citoyens, nous ne le sommes guère), nous laissons mener par le museau comme des bourricots…

    • Vous ne voyez les hommes que comme un code barre , comme un troupeau malléable à merci , vous vous prenez pour Dieu pour décider pour eux alors que vous n êtes rien qu un coup de vent qui passe comme tout le monde
      Pauvre France qui devra encore subir beaucoup de malheurs et de haine

  2. Jean Schmitt 1986 (qui sera directeur de la Rédaction du Point) : « CHAQUE PEUPLE EN SON PAYS ET CE SERA LA PAIX ». « AIDER LES PAUVRES CHEZ EUX ».
    L’immigration zéro c’est pour le bien de tous les peuples. Ecoutez le cardinal ghanéen Peter Turkson 2017 : « Pas juste sécher, mais fermer le robinet. Aider les Africains chez eux. »
    Tapez : génocide démence suicide amazon.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*