Économie : l’Alsace tire le Grand Est à elle seule

Économie : l’Alsace tire le Grand Est à elle seule

« L’Alsace, vache à lait du Grand Est ? ». C’est la question que se posait Jacques Schleef dans l’Ami Hebdo récemment. Il étaye sa théorie grâce à une étude fournie du Conseil Economique Social et Environnemental d’Alsace Champagne Ardenne Lorraine (CESER Grand Est). Celle-ci est disponible à cette adresse.

L’Alsace largement en tête

Ce qui ressort des premières pages de cette étude, c’est la position de leader occupée par l’Alsace : sur 9 zones considérées comme dynamiques, 7 sont situées dans les deux départements alsaciens. Sur les 12 zones jugées en difficulté, aucune n’est située en Alsace. L’Alsace est aussi la région qui gagne le plus d’habitants, qui vieillit le moins vite, et surtout, qui crée des emplois.

Seules les zones de Mulhouse et Wissembourg perdent des emplois, tandis que toutes les autres affichent une belle progression (+12% d’emplois entre 2000 et 2013 pour la zone de Sélestat). Au contraire, la plupart des zones de Lorraine et de Champagne-Ardennes ont perdu des emplois, à l’exception notable de celles de Châlons-en-Champagne et de Forbach.

Pourquoi de telles différences ?

Désindustrialisation, délocalisations, manque d’attractivité, les raisons évoquées pour justifier cette différence sont nombreuses. L’Alsace affiche cependant une excellente santé en matière d’emploi non-salarié (c’est-à-dire les entrepreneurs et professions libérales). Ceci explique peut-être la meilleure santé économique de la région.

Dernière donnée intéressante, la part de l’emploi public dans l’emploi salarié : l’Alsace se situe nettement en-dessous des autres. Moins d’emplois publics, plus d’entrepreneurs, une tertiairisation mieux réussie ? Voilà quelques explications potentielles à la réussite économique de l’Alsace.

L’Alsace est-elle donc « la vache à lait du Grand Est »?

Le budget unifié de la Région Grand Est aboutira nécessairement à une redistribution entre les anciennes régions, et l’Alsace en fera les frais, au profit des deux autres régions. Critiquée pour son non-sens historique et géographique, cette nouvelle carte administrative des régions pourrait bien être attaquée pour ses conséquences économiques.

Un commentaire

  1. En fait, on observe page 8 du document CESER que 7 bassins alsaciens sont LES SEULS à avoir une évolution supérieure à la moyenne Grand Est pour l’évolution de leur démographie et de leurs emplois. Parmi les 2 autres bassins alsaciens, qui ne sont pas dans ce groupe en raison de l’évolution négative de leur nombre d’emplois, Wissembourg est quand même dans une situation favorable puisque c’est le bassin ayant très nettement le taux de chômage le plus faible (p. 29). Il est donc vrai que « l’Alsace tire le Grand Est à elle seule», mais malheureusement cela n’empêche pas le Grand Est de figurer au plus bas du classement des régions (p.5) et l’Alsace sera forcément associée à cette image désastreuse. En terme d’image, pour le moment, c’est plutôt « le Grand Est tire l’Alsace … vers le bas ».

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*