« Emploi : priorité aux Français » : le Bastion Social sort de ses murs pour une action d’Agitprop au Pôle Emploi de Schiltigheim

« Emploi : priorité aux Français » : le Bastion Social sort de ses murs pour une action d’Agitprop au Pôle Emploi de Schiltigheim

Les militants du Bastion Social de Strasbourg, connus pour leur local l’Arcadia (dans le quartier de l’Esplanade à Strasbourg) qui a agité les passions des politiques, des médias et des militants antifa, est sorti de ses murs le temps d’une action d’agitprop.

Pas pour effectuer des collectes de nourriture ou des maraudes destinées aux Français « de souche » comme ils le font parfois. Cette fois-ci, ces militants radicaux se sont exercés à l’action d’agitprop, en déployant une gigantesque banderole sur le Pole Emploi de Schiltigheim, à l’Espace européen, le mardi 28 août 2018.

Sans surprise, le slogan « Emploi : priorité aux Français! » est dans la continuité des opinions défendues par le Bastion Social, mouvement issu de la mise en sommeil du GUD et dont les sources d’inspiration se trouvent chez la CasaPound italienne et le nationalisme révolutionnaire de François Duprat (1940-1978).

En l’absence de dégradations constatées, les DNA rapportent que la police s’est contentée d’emmener les 4 militants ayant déployé la banderole au commissariat pour une simple prise d’identité. Ils ont ensuite été laissés en liberté, tandis que la banderole a rapidement été retirée.

Ce n’est pas la première action du genre effectuée par les militants du Bastion Social. Ceux-ci avaient fait un petit happening en mai 2018 devant la maison secondaire de Roland Ries, maire de Strasbourg, pour l’inviter à accueillir des réfugiés chez lui et pas uniquement à inciter d’autres citoyens à le faire.

Cette action symbolique au Pole Emploi sonne la rentrée pour l’activisme strasbourgeois. Depuis l’ouverture du local du Bastion Social, plusieurs actes de violences (le plus récent n’a que quelques jours) ont émaillé l’existence de l’Arcadia, principalement des bagarres avec des groupes antifa.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*