[Etude Scientifique] La pollution est responsable du déclin cognitif, notamment des personnes âgées
Photo Pixabay

[Etude Scientifique] La pollution est responsable du déclin cognitif, notamment des personnes âgées

Capacité à parler, à réfléchir, à se souvenir : la pollution a un rôle négatif sur ces éléments, selon une étude chinoise publiée en 2018. « Nous avons fourni la preuve que la pollution de l’air peut entraver les facultés cognitives à mesure que les personnes vieillissent, tout particulièrement pour les hommes les moins diplômés », peut-on lire dans leur publication. Les femmes moins diplômées s’en sortent beaucoup mieux.

Ces « dommages cérébraux » auraient des conséquences économiques très importantes, tant en coût de santé qu’à cause des mauvaises décisions prises par les personnes âgées diminuées.

Les scientifiques ont fait passer des test verbaux et des tests de mathématiques pour obtenir leurs résultats, dans des villes plus ou moins polluées. Il est intéressant de noter que les hommes ont de meilleurs résultats aux tests mathématiques et les femmes de meilleurs résultats aux tests verbaux. « Le fossé entre les hommes et femmes s’agrandit même avec l’âge pour les tests verbaux ».

L’étude indique que plus les individus vivent dans des lieux pollués, plus leurs capacités verbales et mathématiques diminuent. Et ce sans distinction de genre. En calculant un indice de pollution de l’air qui compte le nombre de jours où la ville a dépassé certaines normes de pollution, les scientifiques ont ainsi montré la nocivité de la pollution sur les populations, car celles-ci souffrent d’un déficit cognitif.

 

En résumé, la pollution est donc responsable du déclin cognitif de la population, cela étant particulièrement marqué pour les personnes âgées, ainsi que pour les personnes vivant dans les milieux très pollués. L’étude est effectuée en Chine mais en Alsace, des pics de pollution sont recensés chaque année. L’urgence environnementale est donc bien réelle…

Retrouvez l’étude ici : (en anglais) https://www.pnas.org/content/115/37/9193

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*