GCO : 25ème jour de grève de la faim pour 5 militants, un autre violemment traité par la gendarmerie
Photo Alsace-Actu

GCO : 25ème jour de grève de la faim pour 5 militants, un autre violemment traité par la gendarmerie

Ils étaient plus nombreux au départ, il en reste encore 5 qui continuent leur grève de la faim en opposition au projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Cet autoroute qui nécessite des déboisements importants suscite un rejet catégorique d’une partie de la population.

Depuis le 22 octobre, ces personnes ont cessé de s’alimenter, et restent suivies par des médecins bénévoles. Elles entament depuis lundi leur quatrième semaine de grève de la faim. Le but de leur combat : obtenir du gouvernement français un moratoire au Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) et la réouverture du dossier. Des militants qui ont tenté de s’opposer physiquement aux travaux préparatoires ont été violemment traités et par la gendarmerie, aux alentours de Dingsheim.

 

Un sympathisant de la cause anti-GCO nous propose un résumé de la raison du combat mené par ces personnes : « ce GCO, contrairement à ce que prétendent les pouvoirs publics, ne diminuera ni la pollution ni les embouteillages sur Strasbourg. Au contraire, il les aggravera dans des proportions dramatiques. Son seul objectif réel, c’est de créer un axe autoroutier qui ira de Kandel en Allemagne à Mulhouse en passant par Lauterbourg et l’A 35. »

Plus qu’un contournement de Strasbourg, ce serait un véritable couloir autoroutier qui serait créé : »En effet, il est prévu dans le cadre du même projet que les 17 km d’autoroute qui manquent encore dans la forêt allemande du Bienwald entre Kandel et Lauterbourg soient construits eux aussi. Les deux projets autoroutiers, GCO et autoroute du Bienwald, se conjuguent pour créer un axe autoroutier nord-sud à travers l’Alsace. Sur ce sillon autoroutier Kandel-Mulhouse s’engouffreront les poids lourds en transit européen puisque ce sera moins cher pour eux que de passer par l’autoroute allemande A 5 Karlsruhe-Bâle. Au minimum, ce seront donc 40 000 poids lourds qui emprunteront chaque jour le GCO. », nous dit-il, les chiffres donnant la démesure environnementale du projet.

Ici, l’écologie rentre évidemment en jeu : »Ils traverseront notamment le Kochersberg, qui est pourtant et doit demeurer l’indispensable « poumon vert » de Strasbourg. Les miasmes de vapeur diesel sortant de leurs moteurs seront portés vers Strasbourg par les vents dominants ! Un tel projet est en tous points insensé. Ses conséquences en seraient dramatiques pour l’homme et la nature. Mais la bataille pour le faire annuler est difficile. »

Cependant le tribunal administratif de Strasbourg rendra une décision le 28 novembre, pour éventuellement annuler l’arrêté sur les travaux préparatoires. Si d’ici là rien ne change, les grévistes de la faim entameront leur 38ème jour sans s’alimenter.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*