Gilets Jaunes : la sous-estimation du chiffre de manifestants

Gilets Jaunes : la sous-estimation du chiffre de manifestants

Combien de personnes sont allées manifester hier ? Combien ont participé aux blocages ? Le gouvernement avait annoncé 125 000 personnes, en milieu de journée. Plus tard, d’autres chiffres sont apparus, allant du simple au triple, avec notamment une annonce de 282 000 manifestants à 17h. D’une forme nouvelle, ce mouvement échappe à la logique numérique habituelle. Voici pourquoi.

Une journée entière de blocages

Contrairement aux manifestations habituelles, qui consistent en un rassemblement puis un cortège, où les personnes présentes sont faciles à dénombrer, il s’agissait hier d’une journée entière de blocage. Qui parfois commençait très tôt, pour ne finir que dans la soirée. A 19h, 206 lieux étaient encore bloqués par les gilets jaunes, sur toute la France.

Sur place, il était aisé de constater que parfois des dizaines de personnes partaient, relayées par d’autres dizaines de personnes. Le nombre restait donc stable, alors qu’une partie plus importante de la population a pris part au mouvement.

 

Le chiffre de 1700 participants pour le Bas-Rhin, donné par la préfecture, apparaît complètement à côté de la réalité. Plus tard, le chiffre est monté à 2300. Des points de blocages mineurs n’ont pas forcément été comptabilisés.

De plus, des milliers d’automobilistes avaient mis le gilet jaune sur leur voiture, et manifestaient un soutien réel aux bloqueurs, tout comme certains passants. Hier soir, des chaînes d’info en continu évoquaient une mobilisation en demi-teinte, à l’opposé de tout ce qui pouvait se voir sur le terrain. La bataille des chiffres est capitale, le mouvement des gilets jaunes en inaugure une nouvelle ère.

2 commentaires

  1. Les mensonges de Macron, du gouvernement et des députés En Marche:
    Les augmentations de taxe sur les carburants et le gaz ne servent pas à la transition écologique.
    La preuve:
    Macron a supprimé les aides pour remplacer les anciennes fenêtres par des fenêtres isolantes aux normes en faisant croire qu’elles n’étaient d’aucun intérêt. Un mensonge.
    Macron a laissé la hausse des taxes sur le gaz être appliquée. C’est avec un large sourire et une très grande satisfaction qu’il a déclaré que ce n’était pas de lui. Il avait et a pourtant le pouvoir d’annuler la taxe.
    Le gaz en remplacement du gasoil est une solution de transition. Pourquoi plomber cette solution?
    On voit bien que Macron n’en a, en réalité, rien à faire de la transition énergétique. Ce qui le motive c’est respecter les 3% de déficit sur le dos des gens rien d’autre.
    Il utilise l’argument de la transition énergétique pour faire accepter les taxes mais l’objectif réel est de trouver de l’argent pour compenser la suppression de la taxe d’habitation etc… et arriver au 3% de déficit.
    L’augmentation de la taxe sur les carburants en janvier, c’est la compensation de la nouvelle baisse de la taxe d’habitation.
    Monsieur le premier de la classe ne redistribue que 30% de ces taxes, n’investie rien pour pour la transition et fait croire, à coup de matraquage qu’il aide les gens. Premier oui mais en mensonges.
    Aux Etat-unis, le président serait un débile. Lui réussi. Le notre, un grand énarque qui croit tout savoir mais ne réussi pas. Pour le prochain président il faudra choisir un débile.
    Notre président comme tous ceux qui dirigent le pays ferait bien de se former à la résolution de problème. Il existe des méthodologies très efficaces pour trouver la solution. Malheureusement il ne réussira pas. Comme ses prédécesseurs, il n’a manifestement pas fait l’étude complète des paramètres qui font que notre pays en est là. Ses solutions ne sont pas différentes de celles de ses prédécesseurs. Il les conduit simplement comme un butor.
    Rien, mais absolument rien de concret a été fait pour la transition énergétique par ce gouvernement sauf punir les utilisateurs sans qu’il soit proposé une solution aux consommateurs.
    L’électricité pour remplacer le gasoil de chauffage, c’ est impossible. Nos centrales n’y suffiraient pas et il faudrait importer de l’électricité produite avec des centrales à charbon plus polluantes.
    En ce qui concerne la pose gratuite de panneaux solaire sur les toits de particuliers qui n’en auront le bénéfice qu’après de nombreuses années, c’est un piège. Il n’y a pas de solution de recyclage des panneaux et ce sont ceux qui ont adopté cette solution qui devront payer la destruction des panneaux.

    Faudra-t-il faire une révolution pour arrêter ce butor?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*