Immigration – Les passeurs assistent les migrants avec des drones à vision nocturne

Le phénomène migratoire vers l’Europe, dont on annonce qu’il atteindra prochainement des proportions bibliques, ne méconnaît pas l’usage des technologies les plus modernes.

Ainsi, le développement des smartphones et du Wifi – technologies encore peu répandues il y a une décennie – ont considérablement facilité les déplacements des migrants (avec les smartphones faisant fonction de GPS), la communication avec les familles restées au pays ou avec les amis et contacts déjà en Europe.

Il ne faut pas oublier que dans un grand nombre de pays moins développés que l’Europe occidentale, les réseaux téléphoniques filaires sont souvent défectueux voire inexistants. En clair, le passage de la cabine téléphonique du village au smartphone a été direct sans passer par la case « téléphone fixe à domicile ». Même dans le dénuement, les populations reculées du Tiers-Monde ont accès à l’information immédiate et savent que parvenir en Europe permet souvent d’y rester et d’y trouver une vie meilleure.

Même la Hongrie, qui a entrepris des efforts importants pour bloquer ou détourner les flux migratoires, a déjà vu plus de 17.000 migrants traverser son territoire en 2016. Il est vrai qu’elle est peu aidée par les pays occidentaux, en particulier l’Allemagne, qui continuent d’appeler à la venue des migrants et ne cessent de critiquer la volonté du Premier Ministre hongrois Viktor Orbán de préserver son pays de l’immigration.

Les policiers hongrois basés à la frontière hungaro-serbe d’où viennent l’essentiel des migrants clandestins, ont récemment rapporté voir de plus en plus régulièrement des drones qui ne leur appartiennent pas. Ces appareils sont équipés de caméras de vision nocturne, ainsi les passeurs peuvent surveiller les mouvements des forces de l’ordre et téléguider les migrants efficacement.

Les passeurs qui guident les migrants ne les accompagnent toutefois que jusqu’à la frontière hungaro-serbe, puis leurs indiquent la direction à suivre avant de disparaître dans la nuit.

Les migrants présents en Hongrie ont pour seul objectif de traverser le pays sans être interceptés (auquel cas ils risquent le refoulement) et d’atteindre l’Autriche et l’Allemagne au plus vite.

La Hongrie tiendra en octobre un référendum sur les quotas de migrants qu’entend imposer l’Union Européenne.

Source : Magyar Idők

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*