[Interview] Mise au point du Bastion Social Strasbourg concernant leur soutien aux SDF
Robert, ex-SDF, a été relogé.

[Interview] Mise au point du Bastion Social Strasbourg concernant leur soutien aux SDF

Le président du Bastion Social Strasbourg a répondu à nos questions concernant leur action en faveur du logement des SDF français. Cet interview apporte également des éléments de réponse à leurs détracteurs, qui leur reprochent de communiquer sur des résultats dont ils ne seraient pas responsables. Chacun se fera son avis à la lumière des différentes sources. Alsace Actu en profite d’ailleurs pour inviter les associations de tout type souhaitant partager des informations… à nous écrire !

1/ Quelles actions concrètes menez vous au quotidien avec les SDF ?

Valentin, président du Bastion Social Strasbourg : Nous suivons des SDF ainsi que des Français en difficulté, chaque semaine on leur apporte une aide matérielle, morale ou administrative, nous organisons par exemple régulièrement des récoltes alimentaires devant les supermarchés avec redistribution directe à ces personnes chaque jeudi à l’Arcadia. On organise aussi des maraudes pour rencontrer toujours plus de personnes à aider. On aide aussi les personnes à la recherche d’un emploi, aide au logement, à monter des dossiers …etc. Chaque fois qu’on peut apporter de l’aide, on le fait, quel que soit le domaine. On ne se refuse rien.

 

2/ Quelle était la situation de Robert, avant qu’il soit relogé par la mairie ?

Valentin : Robert est un homme d’une soixantaine d’année qui s’est retrouvé à la rue pendant ces 8 derniers mois, suite à la perte de son travail et à un divorce. il dormait dans une ruelle au centre ville à la vue de tous, un Français délaissé par les pouvoirs publics…

3/Quelle a été concrètement votre apport concernant sa demande de logement ?

Valentin : Robert, on l’a suivi depuis le lancement du Bastion Social Strasbourg, on allait le voir plusieurs fois par semaine pour lui ramener des habits, couvertures et nourriture cet hiver. Il venait aussi régulièrement à l’Arcadia, où on lui servait des repas chauds et où il pouvait discuter et rencontrer des gens. On est même allés directement en Mairie avec lui pour taper du poing sur la table, exiger une solution et rappeler qu’en tant que Français, son dossier devait être prioritaire. Par la suite on a suivi le dossier en demandant régulièrement des nouvelles pour enfin obtenir gain de cause. Robert le dit « c’est grâce à vous » et je pense aussi que notre investissement a dû servir…

4/ Êtes vous satisfaits de la politique de la mairie de Strasbourg envers les Français démunis ?

Valentin : Satisfait, non. On constate aujourd’hui que nombre de Français sont abandonnés à la rue alors que loger les Français en France devrait être le premier des devoirs pour les pouvoirs publics. Même si pour nous il s’agit d’une première victoire, on n’oublie pas tous les autres qui n’ont pas eu la même chance que Robert.

5/ Le bastion social a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps, qu’avez vous à dire sur le battage médiatique et politique dont vous faites l’objet ?

Valentin : On dit que le chien mord quand il a peur, ils savent qu’on représente la fin d’une caste politique soumise à l’argent et la recherche de postes haut-placés. On réalise de façon autonome le travail qu’ils n’ont pas été capable de faire depuis tant d’années, on est fiers de ce qu’on est et de ce qu’on fait pour notre peuple. Quand l’État est défaillant, la communauté prend le relais.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*