[Interview] « Unkrütt », un projet d’infusions et de thés 100% made in Elsass
Les différents sachets d'infusions et de thés proposés par Unkrütt - Droits Unkrütt

[Interview] « Unkrütt », un projet d’infusions et de thés 100% made in Elsass

C’est un projet original qui est né dans la tête de Xavier Meyer et Sébastien Lefevre, deux Alsaciens. Utiliser les feuilles de chanvre pour créer des goûts nouveaux et riches dans des infusions et des thés. Contacté par Alsace Actu, Xavier Meyer rappelle la longue histoire de cette plante : « Le chanvre est utilisé depuis des siècles pour fabriquer des cordes il a longtemps été cultivé pour en utiliser les fibres dans la fabrication de voiles et cordages mariniers mais la production a été ralentie avec l’arrivée des bateaux à vapeur puis à moteur ». Ces Alsaciens font appel au financement participatif (voir ici) pour lancer leur projet.

Le chanvre, une drogue ?

Le chanvre est aujourd’hui surtout assimilé au cannabis. Cependant, il ne s’agit pas d’une quelconque drogue ici : « Le chanvre que nous voulons utiliser est légal en France, il contient un taux de THC inférieur à 0,2%. » nous indique un des fondateurs. Pas d’effets secondaires néfastes ou indésirés. Avec un tel taux de THC (Tétrahydrocannabinol), aucun risque. C’est davantage le « goût nouveau et exceptionnel » qui fait l’intérêt des ces produits.

Le chanvre était autrefois une plante courante en Alsace, des centaines d’hectares étaient consacrés à sa culture. « Certains ruisseaux se nomment encore hansgraba (fossé du chanvre) en alsacien » rappelle Xavier Meyer. Aujourd’hui, peu d’agriculteurs se lancent dans une telle culture, car les contraintes sont importantes et les contrôles fréquents. Il est plus simple de faire du maïs.

Unkrütt, un projet résolument alsacien

Unkrütt est un mot alsacien, qui signifie mauvaise herbe. « Cette plante dont on ne sait pas quoi faire mais qui a pourtant de nombreux avantages. Tout bon jardinier le sait. Unkrütt c’est nous. »

Pourquoi se considèrent-ils comme cela? La réponse est simple : « Nous faisons partie de la génération qui ne parle plus l’alsacien, on l’entend de temps à autres lors des repas de famille, avec les grands parents. La culture alsacienne a quelque chose d’exotique pour nous, avec le sentiment de ne pas en faire partie. Ce projet est un moyen pour nous de se réapproprier notre histoire, notre territoire. Nous avons passé de longues heures à étudier le dialecte et à y mettre un sens ».

Les personnages qui figurent sur les paquets d’infusions rappellent aussi cet ancrage alsacien : « Nos personnages sont issus de gravures et de lithographies qui me fascinent énormément. Un personnage principal de notre projet est le “Kasperla” : c’est la marionnette, le guignol héroïque. il représente le théâtre, des moments de partage avec un public hétérogène. Un peu comme notre projet de financement participatif, nous avons beaucoup de soutiens de personnes très différentes. »

Les différents sachets d'infusions et de thés proposés par Unkrütt - Droits Unkrütt

Les différents sachets d’infusions et de thés proposés par Unkrütt – Droits Unkrütt

Recréer du lien avec ses proches, participer à la biodiversité en Alsace. « Ce projet permet de créer un lien avec nos proches, nos voisins et notre famille. J’envoie souvent des messages à ma grand mère en lui demandant le sens et l’orthographe. De plus, on étudie également le territoire, les producteurs locaux. Avec nos produits nous soutenons une certaine diversification agricole, on rêve de pouvoir se promener et voir un champ de chanvre, de verveine, de menthe en lieu et place de tout ce maïs. » ajoute Xavier Meyer, un des deux fondateurs du projet.

En observant en été ces kilomètres de champs de maïs, qui poussent jusqu’à perte de vue, on ne peut qu’être d’accord…

Comment concrétiser ce projet ?

Un financement participatif a été lancé sur Ulule. Chacun peut faire un don à partir de 5€, sachant qu’à partir de 20€, des contreparties sont prévues (et notamment… des sachets d’infusions Unkrütt!). Il reste 7 jours pour participer, 1078€ ont déjà été récoltés sur un objectif de 2000€.

« Pour commencer, si le projet participatif est validé, nous ouvrirons une boutique sur internet. Ensuite, grâce au développement, nous espérons avoir assez de produits pour en revendre dans un commerce local qui fait la promotion des produits locaux et respectueux de l’environnement. » précise Xavier Meyer. De la suite dans les idées pour ces entrepreneurs, qui ont bien étudié leur projet. Alors Unkrütt, bientôt disponible ? A vous de jouer!

Un commentaire

  1. Hopla ! a pàrr Hànnefft Bletter ens Tassel ùn sò esch der kritteltee schòn gemàcht !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*