La coopération turco-russe sur le conflit syrien est en marche
Photo Kremlin.ru

La coopération turco-russe sur le conflit syrien est en marche

Fin septembre, MM.Poutine et Erdogan s’étaient rencontrés à Ankara afin d’amorcer une coopération sur la question syrienne. Ils se sont revus ce lundi, en Russie cette fois ci, afin encore une fois de s’accorder sur la situation en Syrie. A l’issue de cette rencontre, les deux dirigeants se sont réjouis d’une avancée du processus politique.

Pour mémoire, dans le conflit syrien qui dure depuis 2011, ces deux pays soutiennent deux camps opposés. La Russie appuie en effet le gouvernement syrien en place, tandis que la Turquie soutient les rebelles anti-Assad. Néanmoins, ils travaillent maintenant conjointement pour trouver une solution politique à ce conflit. Des zones dites de « désescalade » ont notamment été mises en place en Syrie, participant à une diminution des violences.

Des voix se sont néanmoins fait entendre contre cette coopération, notamment du côté du voisin Israël. En effet aux côtés de la Russie, parmi les principaux alliés du régime de Damas, se trouve l’Iran. Prenant part au conflit, les Iraniens ont déployé de nombreuses troupes en Syrie, ce qu’a dénoncé Benjamin Netanyahu, le premier ministre israélien. Il dénonce le soutien apporté par l’Iran au Hezbollah, et donc s’insurge de la présence de celui-ci dans les terres syriennes. Il a notamment déclaré qu’Israël se réservait le droit d’intervenir notamment dans le Sud de la Syrie, qui est pourtant officiellement une zone de désescalade.

La coopération entre Moscou et Ankara dépasse même les frontières syriennes. Elle peut être symbolisée par la commande en septembre dernier de système de défense antiaérienne russes par le régime turc. Ce faisant, la Turquie tournait le dos à l’OTAN, qui lui a reproché de ne pas acheter de matériel militaire provenant de pays alliés. L’entente de ces deux régimes qui partageaient déjà une certaine distance vis à vis des organisations mondiales promet donc un retournement géopolitique majeur.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*