La Corse n’aura pas l’autonomie qu’elle souhaitait
Photo: Myrabella / Wikimedia Commons, via Wikimedia Commons

La Corse n’aura pas l’autonomie qu’elle souhaitait

Les élus nationalistes corses, qui ont remporté l’Assemblée territoriale de l’île aux dernières élections, n’ont pas obtenu gain de cause. Certes, le président de la République, Emmanuel Macron, n’avait rien promis d’autre que l’inscription de la Corse dans la Constitution. Aucune bonne surprise n’est venu réconforter les élus autonomistes : « On est très en deçà des attentes, très en deçà de ce qui a été validé par le vote la semaine dernière par l’Assemblée de Corse, très en deçà du moment politique », selon Gilles Simeoni, le président du conseil exécutif de Corse.

Pas d’autonomie, pas de prérogatives supplémentaires pour l’Assemblée corse, pas de décentralisation. Seule une « mention » de la Corse sera ajoutée à la Constitution française. Les élus corses estiment donc que la voix du peuple n’a pas été entendue. Il s’agira maintenant d’attendre la réaction des insulaires : vont-ils accepter cette décision et se contenter d’une mention dans la Constitution, ou vont-ils tenter d’obtenir plus, par la force ?

On peut ajouter que la mention de la Corse dans la Constitution enserre et insère davantage l’île au sein de l’État français. La Corse sera désormais constitutionnellement française. Pas vraiment une avancée pour ceux qui souhaitaient que les liens se relâchent quelque peu…

Un commentaire

  1. C’est fou comme l’etat a une vision patrimoniale de son territoire et de ses serfs.Nous sommes à demi poutiniens dans notre pays

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*