Le Molodoï, la rébellion sous subventions

Le Molodoï, la rébellion sous subventions

Le renouvellement du bail pour le Molodoï, nom du Centre Autonome Jeunes de Strasbourg, met en lumière les diverses et grasses subventions dont profite ce centre. Créé pour aider le « tissu associatif strasbourgeois », marqué à gauche, le Molodoï a signé pour un nouveau bail de 20 ans avec la mairie de Strasbourg. Il va ouvrir à nouveau ses portes à l’occasion d’une « grosse fête et le même esprit alternatif, antifasciste, antisexiste et anticapitaliste.  » selon Rue89.

Capture d'écran du site molodoi.net

Capture d’écran du site molodoi.net

La ville de Strasbourg se montre généreuse : elle signe en 1991 un bail de 18 ans avec l’association pour le local actuel (19 Rue du Ban-de-la-Roche). C’est Roland Ries qui signa en tant que premier adjoint. L ‘État finance le coût des travaux à hauteur de 1.2 millions de francs. La salle est subventionnée à hauteur de 23 000€ par an par la mairie de Strasbourg : une salle qui peut accueillir 700 personnes, et qui ne coûte en définitive que 3000€ par an à l’association. Une paille. Le lieu a d’ailleurs été totalement réhabilité, pour un coût de 500 000€, payé par la mairie de Strasbourg.

Le Molodoï (Молодой, jeunesse en russe) est en auto-gestion : pas de directeur, mais plusieurs comités qui gèrent le lieu dans une forme de démocratie participative. Des centaines d’évènements depuis sa création, des dizaines de milliers de spectateurs, le tout rendu possible par les largesses de la mairie de Strasbourg. Comme quoi certaines divergences politiques sont surmontables…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*