Le projet de fusion entre Alstom et Siemens est compromis par la Commission Européenne
By Photo Claude TRUONG-NGOC (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Le projet de fusion entre Alstom et Siemens est compromis par la Commission Européenne

En septembre 2017 avait été annoncée une fusion entre la société spécialiste des transports ferroviaires Alstom et la branche transports du groupe allemand Siemens. Cette fusion qui dans les faits s’apparenterait plus à un rachat du français par l’allemand sur quelques années, unirait deux des trois plus grands acteurs du marché européen. La future société Alstom-Siemens pourrait ainsi viser à jouer dans la même
catégorie que le numéro un mondial CRRC, géant ferroviaire sous contrôle direct du gouvernement chinois.

Pour autant la commission européenne a présenté ses réserves courant 2018 face à ce projet d’Airbus du rail, celui-ci risquant de nuire au reste de la concurrence européenne. Ce jeudi les deux parties ont exprimé leur incertitude face à l’avenir de cette fusion, certaines concessions demandées par l’organisme européen étant jugées impossibles. Siemens avait même proposé de partager certaines de ses technologies avec d’autres entreprises pour résoudre ce blocage. Cependant cela n’a pas été accepté pour l’instant.

L’Alsace pourrait être affectée par cette fusion, en cas de mutualisation de moyens. A Reichshoffen, à Hangenbieten (filiale NTL), de nombreux emplois dépendent de l’activité du groupe et donc des décisions de la gouvernance de celui-ci. La CGT craint pour sa part « 4 000 à 7 000 suppressions de postes » à cause de la fusion.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*