Les liens opaques entre l’Université de Strasbourg et les laboratoires pharmaceutiques

Les liens opaques entre l’Université de Strasbourg et les laboratoires pharmaceutiques

Une histoire rocambolesque. L’Unistra (Université de Strasbourg) est visée par une enquête judiciaire pour l’exploitation de singes au profit de laboratoires pharmaceutiques. Dans le cadre d’un projet d’innovation soutenu par l’État, l’Unistra a reçu une dotation importante de 1.7 millions d’euros. Une structure opaque, privée, l’ADUEIS (association pour le développement des liens université – entreprises dans les industries de santé) a été créé pour ce gérer les liens entre le centre de primatologie de l’Unistra et les laboratoires. Elle est aussi connue sous le nom de SILABE, pour Simian Laboratory Europe.

SILABE propose depuis 2011 « aux entreprises et équipes de recherche du domaine des sciences de la santé, différents services sur primates non-humains : fourniture d’animaux, import/quarantaine, pension, vente de prélèvements biologiques, études précliniques ».

128 106 signatures contre le centre de primates

128 106 signatures contre le centre de primates

L’Université n’est donc pas directement responsable de la gestion commerciale, étant donné que l’ADUEIS a une structure juridique propre.  Mais selon Rue89l’Université « a aussi mis à [la] disposition [de l’ADUEIS] les locaux du centre au fort Foch de Niederhausbergen, ainsi que 10 agents publics ». Les 300 singes ont aussi été vendus à cette association pour plus d’un million d’euros. Cela s’est produit en 2009. En 2016, deux députés européens FN du groupe Europe des Nations et des Libertés interpellent la commission sur  « une demande d’autorisation d’ouverture en février 2013 pour l’extension de l’élevage de primates, allant ainsi à l’encontre de la directive européenne n° 2010/63/UE sur l’expérimentation animale, puisqu’on autorise l’extension de cette primaterie. » 

Le manque de transparence est flagrant : toujours selon Rue89, « l’accord-cadre passé entre l’université et l’ADUEIS n’avait lui-même été porté à la connaissance du conseil d’administration de l’université qu’après sa signature et le lancement des activités commerciales, en janvier 2011 ».

Capture d'écran du site animalsace.org, qui a dénoncé ce trafic de singes

Capture d’écran du site animalsace.org, qui a dénoncé ce trafic de singes

Dénoncé en 2016 par une association de défense des animaux (Pro Anima), l’utilisation des singes pour les laboratoires pharmaceutiques est révélée. La recherche sur les primates, qui subissent notamment des expérimentations peu soucieuses de leur bien-être, est donc utilisée comme auxiliaire de recherche pour les laboratoires pharmaceutiques, qui payent pour obtenir ces précieuses informations. L’expérimentation sur les primates est utilisée pour tester notamment les médicaments et soins de beauté. La plupart des singes sont simplement revendus au laboratoires pharmaceutiques, pour « 5000€ chacun ».

Communiqué de presse du SNESUP-FSU

Communiqué de presse du SNESUP-FSU

L’élevage détiendrait jusqu’à 1600 animaux. Dans un communiqué de presse du 02 octobre, le SNESUP-FSU, syndicat de l’enseignement supérieur, dénonce notamment « la marchandisation du savoir et dans le cas du Centre de primatologie une activité commerciale et lucrative qui ne relève pas des missions de service public « . La privatisation de l’Université est-elle en marche ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*