L’imprimerie du journal l’Alsace ferme ses portes, 70 salariés sur le carreau ?

L’imprimerie du journal l’Alsace ferme ses portes, 70 salariés sur le carreau ?

La décision vient de tout en haut : le Crédit Mutuel a décidé de faire un maximum d’économies pour son groupe de presse. Déjà que les DNA et l’Alsace partagent beaucoup de contenus, ils auront désormais le même imprimeur.

Le Crédit Mutuel détient, entre autres, le journal des Dernières Nouvelles d’Alsace, ainsi que le quotidien du Haut-Rhin, l’Alsace. Faire imprimer tous les journaux au même endroit permettrait de faire économiser 6 millions d’euros. Cependant les 70 salariés de l’imprimerie du Haut-Rhin voient leurs lendemains s’assombrir : aucune information n’a été transmise quant à leur avenir. La FILPAC-CGT a dénoncé dans son communiqué du 19 septembre la gestion par le groupe Crédit Mutuel de ses titres de presse.  « Pour les salariés, la purge est sévère, avec la suppression de 3000 emplois à l‘échelle du groupe en cinq ans, l’interdiction d’embauche, la dégradation importante des conditions de travail, la pression sur les salaires ! ».

Le communiqué de la CGT - capture d'écran du site www.filpac-cgt.fr

Le communiqué de la CGT – capture d’écran du site www.filpac-cgt.fr

Ce changement n’est pas anodin. Il traduit un manque cruel d’argent, donc de lecteurs, pour cette presse quotidienne régionale. Le déficit se chiffre à plusieurs dizaines de millions d’euros sur quelques années. Ce regroupement d’imprimeurs aura cependant des conséquences bien réelles sur la qualité du service offert au lectorat. Outre le fait que le journal sera livré plus tard, car provenant de plus loin, la CGT pointe du doigt un autre problème : « L’éloignement du lieu d’impression obligera les journalistes de L’Alsace à boucler le journal très tôt, beaucoup trop tôt pour coller à l’actualité. De nombreuses activités (économiques, sociales, politiques, culturelles, sportives) se déroulent en soirée et ne pourront être couvertes. Cela représente un affaiblissement dramatique du contenu du journal… « . 

Une mauvaise nouvelle donc pour la qualité de l’information en Alsace. Nouvelle qui n’est que l’énième signe de la longue descente aux enfers du format papier.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*