L’université de Strasbourg décroche la labellisation « Ecole universitaire de recherche » et un beau cadeau
By Dsmntl (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons

L’université de Strasbourg décroche la labellisation « Ecole universitaire de recherche » et un beau cadeau

Cette labellisation rentre dans le cadre de l’appel à projet du programme d’investissement d’avenir PIA3, dont les grandes lignes ont été établies en 2010 par Rocard et Juppé. Lancé en février 2017 par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) et le commissariat général à l’investissement (CGI), il a pour ambition d’offrir à chaque site universitaire la possibilité de renforcer l’impact et l’attractivité internationale de sa recherche et de ses formations dans un ou plusieurs domaine(s) scientifique(s).

Les projets retenus seront financés pour une durée de 10 ans maximum grâce à une dotation décennale de 300 M€. Il s’agit de financer en France le modèle des Graduate Schools reconnu internationalement : association d’organismes de recherche à la formation, forte dimension internationale et liens étroits avec les acteurs économiques.

Les quatre projets retenus à l’Université de Strasbourg concernent la chimie des systèmes complexes, les nanomatériaux et nanosciences quantiques, la biologie moléculaire et cellulaire intégrative, l’approche pluridisciplinaire de la douleur et de ses traitements, la démographie et les sciences de la population. Ils concernent 23 équipes de recherche, 7 composantes et 4 écoles doctorales, et incluent enseignants, chercheurs et personnels administratifs et techniques. Au total, ce sont 25,7 millions dont ces équipes vont bénéficier pour mettre en place des écoles d’un genre nouveau en France. A ceux-ci s’ajoute un projet en partenariat avec l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Un beau cadeau en cette période de restriction budgétaire pour les universités.

Parmi les lauréats de cet appel à projet, 10 projets sur 29 concernent les universités de Strasbourg, Aix-Marseille, Bordeaux, les 3 seules universités lauréates à l’Idex pérenne (2016). Elles renforcent ainsi leur leadership dans le paysage scientifique français, européen et international.
Cela sera-t-il aux dépens des autres universités françaises ? Au nombre de 70 en 2017, celles-ci sont fortement malmenées notamment par les baisses des dotations de l’Etat (331 millions d’euros en moins pour la mission interministérielle recherche et enseignement supérieur votés au budget pour l’année 2017).

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*