Nicolas Hulot réaffirme son soutien au GCO
Manifestation anti-GCO place de la République à Strasbourg

Nicolas Hulot réaffirme son soutien au GCO

La suspension des travaux de déboisement à Kolbsheim est un répit de courte durée pour les opposants au GCO (Grand Contournement Ouest). Le ministre de la transition écologique affirme son soutien au projet dans un communiqué publié aujourd’hui (voir ci-dessous).

Les travaux sont donc uniquement suspendus dans l’attente du prochain avis du Conseil national de la protection de la nature (CNPN). Le dossier des impacts environnementaux, préparé par le concessionnaire Vinci, avait reçu un avis négatif en juillet 2017. Les mesures d’évitement, de réduction et de compensation des effets du projet sur la biodiversité étaient jugées insuffisants et de trop mauvaise qualité.

Information importante, l’impact de ce retard sur la date de livraison finale sera imputé au constructeur Vinci qui a donc tout intérêt à commencer au plus vite.

Ainsi, malgré toutes les sonnettes d’alarme, le gouvernement continue sur sa lancée.

Cette prise de position intervient quelques jours après le lancement de la concertation nationale sur la mobilité qui se déroule de septembre à décembre 2017 et qui s’adresse au grand public et à tous les acteurs du territoire via le site

https://www.assisesdelamobilite.gouv.fr/

L’occasion pour les amoureux de la nature et de la transition écologique de s’exprimer ?

Le communiqué du ministère
PROJET DE CONTOURNEMENT OUEST DE STRASBOURG :
L’ETAT A DÉCIDÉ DE SUSPENDRE L’OPERATION DE DEBOISEMENT

Les ministres de la Transition Ecologique et Solidaire et des Transports confirment que l’Etat respectera les termes du contrat relatif au contournement ouest de Strasbourg conclu en 2016, avec le concessionnaire ARCOS.

Cependant, le dossier du concessionnaire a fait l’objet en juillet 2017 d’un avis négatif de la part du Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), considérant qu’il souffre de nombreuses imperfections en matière d’évitement, de réduction et de compensation des effets du projet sur la biodiversité.

Le dossier du concessionnaire doit donc être sérieusement retravaillé en ce sens, en liaison avec les services de l’Etat et les collectivités (métropole, département, région), et sera à nouveau présenté prochainement au CNPN.

En conséquence, les ministres ont décidé de suspendre l’opération de déboisement nécessaire aux travaux préparatoires, tant que ce nouvel avis du CNPN n’aura été rendu.

Ce délai ne met nullement en cause la réalisation du projet. L’impact de ce retard sur la date de livraison finale, dû à une mauvaise qualité des compensations écologiques prévues, devra impérativement être avancé au plus tôt par le concessionnaire.

L’histoire de ce projet a toujours été marquée par des contradictions entre les transports, l’agriculture et la nature, le tout dans un espace à enjeux proche de la métropole. L’Etat entend à la fois permettre la réalisation de ce projet attendu localement, et s’assurer qu’il apporte les meilleures garanties en matière environnementale. Cette suspension va ainsi donner au projet le délai nécessaire pour se concrétiser dans de meilleures conditions.

Un commentaire

  1. Là il déconne grave, Hulot.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*