[Reportage en images] Le Mont-Sainte-Odile, joyau vivant du patrimoine alsacien
Le couvent du Mont-Sainte-Odile - Photo Alsace-Actu

[Reportage en images] Le Mont-Sainte-Odile, joyau vivant du patrimoine alsacien

Le 20 janvier 1992, à 19h20, l’Airbus A320 de la compagnie Air Inter s’écrase près du Mont-Sainte-Odile. Hors d’Alsace, ce triste accident qui a fait 87 morts, rend le vieux couvent célèbre. Les Alsaciens, quant à eux, connaissent tous ce lieu formidable, qui domine la plaine du haut des Vosges, à 753m d’altitude.

Une vieille histoire

La montagne semble sacrée depuis des millénaires : le « mur Païen », une enceinte qui fait le tour du plateau, témoigne d’une présence très ancienne. De lourds blocs de pierre, souvent couverts d’une mousse verte, serpentent proches du couvent. Ils s’inscrivent parfaitement dans cette nature luxuriante qui environne le monastère.

"Alsatiae Cor Meum", Mon Cœur à l'Alsace - Photo Alsace-Actu

« Alsatiae Cor Meum », Mon Cœur à l’Alsace – Photo Alsace-Actu

Le duc d’Alsace Etichon-Adalric fonde en 680 le château d’Hohenburg, qu’il lègue aux alentours de l’an 700 à sa fille, que nous connaissons mieux sous le nom de sainte Odile. Ce château devient un couvent, sous le patronage de sainte Odile : les femmes appelées à une vie religieuse affluent, le succès est total, à tel point que sainte Odile fit construire l’abbaye de Niedermunster, dont il ne reste aujourd’hui que des ruines, pour accueillir tous ces gens. De même pour l’Abbaye de Truttenhausen, au pied de la chaîne des Vosges, fondée plus tard au XIIème siècle.

Sainte Odile continue à mener ce couvent jusqu’à sa mort, et son tombeau se trouve toujours à l’intérieur du monastère, visible aux yeux des pèlerins et des visiteurs.

Sainte-Odile - Photo Alsace-Actu

Sainte-Odile – Photo Alsace-Actu

Un lieu de pèlerinage

On estime que 1 300 000 personnes viennent tous les ans au Mont-Sainte-Odile. Bien entendu, tous ne sont pas des pèlerins, le lieu est aussi une curiosité touristique, avec une belle architecture, une forêt verdoyante aux alentours, et enfin une magnifique vue sur la plaine d’Alsace et la cathédrale de Strasbourg (par beau temps).

La source (Odilienquelle en allemand) qui coule au bas du couvent attire à elle les pèlerins. Elle aurait jailli du rocher après que sainte Odile l’eût frappé de son bâton. Source miraculeuse, elle est connue pour guérir les yeux. Chemin de croix, chapelles aux mosaïques anciennes et splendides, vieux cimetières, ce lieu inspire un sentiment prononcé de spiritualité.

Les chemins, bordés de myrtilles, qui mènent à la source et au mur païen - Photo Alsace-Actu

Les chemins, bordés de myrtilles, qui mènent à la source et au mur païen – Photo Alsace-Actu

Des célébrités au sommet des Vosges

Faits moins connus, le Mont-Sainte-Odile a abrité bien des gens de renom. Herrade de Landsberg en fut à la tête du couvent de 1167 à 1195. Ce nom ne vous dit rien ? Les passionnés d’histoire savent qu’elle est l’auteur de l’Hortus Deliciarum (Le Jardin des Délices), un ouvrage encyclopédique qui résume les connaissances de l’époque. Ouvrage de référence, dont le manuscrit a été brûlé lors de l’incendie de la Bibliothèque de Strasbourg en 1870. Le fait qu’il soit écrit par une femme donne à repenser la place de la femme dans la société féodale. Herrade de Landsberg est d’ailleurs l’abbesse qui a fondé Truttenhausen, pour y accueillir les pèlerins.

Le couvent du Mont-Sainte-Odile - Photo Alsace-Actu

Le couvent du Mont-Sainte-Odile – Photo Alsace-Actu

Plus proche de nous, le défunt pape Jean-Paul II vint en octobre 1988, afin de rencontrer les religieux du couvent. Les Sœurs de la Croix sont parties en 2015, remplacées par les Sœurs de Saint-Joseph. Il y a aussi des prêtres et des religieux qui assistent aux messes. Si vous y allez au bon moment, vous pourrez entendre la beauté des chœurs. L’ancien archevêque de Strasbourg, Mgr Grallet, a insisté pour qu’il y ait toujours une communauté religieuse au Mont-Sainte-Odile. C’est ce qui rend ce patrimoine magnifique vivant, ce qui lui donne son énergie particulière. A vous de le découvrir !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*