[Reportage] Le Bastion Social à Strasbourg c’est fait !
La salle de conférence était comble - Photo Alsace Actu

[Reportage] Le Bastion Social à Strasbourg c’est fait !

L’inauguration du Bastion Social à Strasbourg a eu lieu samedi dernier. Ce mouvement avait fait parlé de lui en occupant un bâtiment vide du centre-ville de Lyon, il y a quelques mois. Expulsés manu militari par la police, malgré des preuves d’une occupation légale, l’expérience avait tourné court. Un formidable soutien était cependant né pour cette initiative, avec des dons de toute part, de l’aide en nature, une médiatisation conséquente. Désormais présent à Strasbourg, le Bastion Social compte bien s’y enraciner dans la durée.

Le Bastion Social, pour une charité bien ordonnée

« Les nôtres avant les autres », tel est un des slogans du mouvement. Révoltés par l’aide accordée par l’État aux migrants, alors que des Français sont délaissés, les militants du Bastion Social veulent se battre pour changer les choses : « Le but est d’avoir un véritable impact sur la vie politique locale et obtenir des résultats », selon le président du mouvement, contacté par la rédaction. « Le Bastion Social est un mouvement politique, social et enraciné né en mai dernier à Lyon de l’initiative de militants du GUD ayant réquisitionné un bâtiment abandonné depuis plus de 30 ans par l’état pour y loger des familles françaises dans le besoin » ajoute-t-il.

Photo Alsace Actu

« Autonomie, Identité, Justice Sociale », le triptyque du Bastion Social – Photo Alsace Actu

Un lancement réussi

Deux évènements ont eu lieu samedi 09 décembre. D’abord l’inauguration de Bastion Social de Strasbourg, lors d’une conférence donnée dans un bar de la ville. Puis l’inauguration du local « L’Arcadia », un bar militant qui a donc ouvert par la même occasion. Selon le président du mouvement, « 200 personnes sur toute la journée » étaient présentes. « Dont des Lyonnais, des Suisses, des Parisiens, et même des Savoyards. Ce fut une grande réussite tant par le nombre de présents que par l’engouement que le Bastion social Strasbourg a su créer » nous confie-t-il.

La salle de conférence était comble - Photo Alsace Actu

La salle de conférence était comble – Photo Alsace Actu

Beaucoup de journalistes étaient présents à l’inauguration, preuve que le mouvement détonne et fait parler de lui.

« Nous allons entamer dès cette semaine des actions »

Loin d’une coquille vide, le mouvement veut être présent sur le terrain : des actions claires et concrètes seront menées dès les prochaines semaines. Parmi celles-ci, « entreprendre des actions d’ordre social avec, entre autres, des collectes de denrées alimentaires et de matériel d’hygiène devant les commerces, puis une redistribution directe aux Français dans le besoin. Nous allons aussi assurer un soutien administratif aux personnes qui le souhaitent, on est actuellement en contact avec plusieurs personnes nécessitant ce type d’aide. Cela passe par l’aide à la rédaction d’un CV ou d’une lettre de motivation pour les personnes à la recherche d’un emploi, jusqu’à monter des dossiers de surrendettement par exemple. On a un avocat qui nous épaule pour ça. Autre point, l’aide au logement, on aidera les SDF Français à la rue à retrouver un logement et une vie décente ». Un programme chargé, résolument orienté vers le social.

Devant le bar où se tenait la conférence d'inauguration, les sympathisants discutent - Photo Alsace Actu

Devant le bar où se tenait la conférence d’inauguration, les sympathisants discutent – Photo Alsace Actu

Quelques dizaines de militants, notamment « des personnes qui n’ont jamais milité par le passé », vont donc se mobiliser très rapidement. Une autre réussite pour le mouvement : beaucoup de partis politiques sont victimes d’un manque d’adhérents, beaucoup d’associations sont minées par le manque de volontaires. Le problème ne semble pas se poser pour le Bastion Social à Strasbourg.

L’Arcadia, premier d’une longue série ?

Le local qui a ouvert dans la même soirée du 9 décembre est un projet porté par les mêmes personnes. « L’Arcadia nous servira de véritable lieu de vie et de pôle culturel » selon Valentin, le président de l’association. Contrairement à d’autres associations de gauche, ils ne sont évidemment pas financés par les pouvoirs publics. « On proposera des conférences, des cafés débat, des permanences pour présenter le mouvement ainsi que des soirées à thèmes. On s’auto-finance via un système de cotisations qui donne droit à des tarifs avantageux sur le bar et nos activités ». Un modèle participatif donc, moderne et innovant.

Les présidents du Bastion Social Lyon et Strasbourg - Photo Alsace-Actu

Les présidents du Bastion Social Lyon et Strasbourg – Photo Alsace-Actu

En concluant de manière significative, pour l’avenir : « Notre développement s’annonce tel un tremblement de terre dans le milieu de la droite nationale, plusieurs sections vont voir le jour dès début 2018 avec à chaque fois l’acquisition d’un local, car aucune action sérieuse ne peut avoir lieu sans véritable lieu de vie ». L’Arcadia pourrait bien être le premier d’une longue série.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*