[Strasbourg – Gilets Jaunes] « Les policiers ont tout fait pour que ça dégénère »
Début de Rassemblement des GJ au Parlement Européen - Photo Alsace Actu

[Strasbourg – Gilets Jaunes] « Les policiers ont tout fait pour que ça dégénère »

Samedi, entre 2 000 et 3 000 personnes étaient réunies à Strasbourg dans le cadre des Gilets Jaunes. De nombreux heurts ont eu lieu, avec notamment l’envoi à l’hôpital d’au moins deux jeunes et d’une dame âgée, ainsi que de nombreuses interpellations qui ont mené à 18 gardes-à-vue. L’un d’eux ne faisait même pas partie de la manifestation, et a reçu un tir de flashball en pleine joue. Nous avons recueilli des témoignages de personnes présentes ce jour-là, Gilets Jaunes ou simples observateurs. Retour sur les événements de samedi.

Un début dans le calme

Au départ, « le rassemblement était statique et clairement pacifique » nous dit Maxime B. qui est resté quelques minutes place de la République, et que nous avons interrogé par la suite. « Les orateurs se succédaient, ils annonçaient d’où ils venaient, l’ambiance était plutôt bon enfant ». D’ailleurs, « il y avait peu de policiers là-bas ». Ce rassemblement débutait à 10h.

Même scénario au Parlement Européen, où davantage de monde se réunissait, dès avant 11h du matin. Jérôme L., qui faisait partie des manifestants : « Au PE c’était tranquille, la manif’ est partie pour aller au centre-ville, c’était très pacifique. » A Colmar, la semaine dernière, il n’y avait eu aucun débordement, avec un nombre similaire de manifestants.

Selon Jérôme, tout bascule en arrivant aux Halles : « ils ont bloqué la manif au niveau de Halles et ont commencé à gazer ceux qui voulaient passer et à menacer avec des flashballs à bout portant. » Le message est clair, fin de parcours pour les Gilets Jaunes. Le « même scénario » s’est déroulé « plus tard, à proximité de la gare, Boulevard Wilson et sur le Faubourg de Saverne ». Un long affrontement s’en suit à proximité du Faubourg de Saverne, ce qui mène à la dispersion des manifestants.

Les violences commencent, la manifestation dégénère

Petit à petit, individuellement, des Gilets Jaunes ont réussi à passer au centre ville sans leurs gilets, mais certains furent interpellés pour port de gilet jaune par la suite (voir vidéo ci-dessus). Jérôme, qui a suivi le mouvement, nous indique que la manifestation a repris au centre lorsqu’ils « furent suffisamment nombreux ». « On a tourné dans le centre pendant 1h30/2h puis certains ont voulu aller vers la gare et là, juste devant, il y avait un mur de CRS ».

A partir de ce moment, selon lui, tout dégénère :  » ils ont commencé à gazer et charger et ça a tourné en émeute, les civils couraient dans tous les sens, des touristes qui avaient des train à prendre étaient bloqués, les gens se réfugiaient dans les hall des appartements etc… ». La répression a pris une autre tournure, ce que l’on sait via les images et vidéos qui sont massivement relayées sur les réseaux sociaux.

Une dame âgée a reçu un coup de matraque dans la tête et a été emmenée à l’hôpital par les pompiers, un jeune a fini aux urgences à cause d’une grenade de désencerclement (il s’en tire avec un traumatisme crânien), sans parler des dommages collatéraux pour les non-manifestants. Selon Nicolas Z., habitant de Oberschaeffolsheim et également présent sur les lieux à partir de midi, « les policiers a tout fait pour que ça dégénère ». Selon lui, « un tel niveau de violence n’était absolument pas nécessaire pour disperser les gens ».

A noter un autre fait qui a marqué les consciences à Strasbourg, des fourgons de police ont « foncé à pleine vitesse sur la foule » selon le témoignage de Jérôme, que confirme également Nicolas. Depuis, des vidéos montrent en effet ce qui aurait pu devenir un carnage. « Je ne dis pas qu’ils cherchaient à tuer, mais ils n’en avaient absolument rien à faire des conséquences de leurs actes » nous déclare Jérôme, pour qui la scène était « hallucinante ». La vidéo ci-dessous montre les faits en question (début à 00:20, la personne qui prend la vidéo est également choquée par la scène).

La prochaine manifestation en Alsace était prévue samedi prochain à Mulhouse. Finalement les Gilets Jaunes s’orienteraient davantage vers une double manifestation, à Belfort et à Strasbourg, pour que tous puissent participer sans faire trop de kilomètres. La colère gronde sur les réseaux sociaux, et renforce la détermination de beaucoup. Nul doute que ce scénario a desservi la police, d’autant plus que des images similaires provenant de toute la France circulent aujourd’hui sur Internet. D’ici-là, le Grand Débat National promis par Emmanuel Macron aura débuté.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*