[Strasbourg] Naomi Musenga est morte d’une « intoxication au paracétamol »
Photo Pixabay

[Strasbourg] Naomi Musenga est morte d’une « intoxication au paracétamol »

La mort de la jeune femme avait secoué l’Alsace il y a quelques semaines. Décédée en décembre, elle avait appelée le SAMU qui n’avait pas jugé utile de se déplacer avant qu’elle ait vu un médecin de garde. Cela a décalé de plusieurs heures sa prise en charge par les urgences.

Aujourd’hui, on en sait davantage sur ce qui a provoqué la mort de Naomi Musenga. Celle-ci avait pris par « automédication » (donc sans ordonnance) du paracétamol sur plusieurs jours. Ce composé chimique est notamment connu sous la marque Doliprane, mais d’autres concurrents existent également.

Le procureur de Strasbourg, Yolande Renzi, indique que « la destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès. ». Elle ajoute qu’elle « procédera dans les prochains jours à l’ouverture d’une information judiciaire du chef de non-assistance à personne en péril contre l’opératrice du centre des appels d’urgence et tous autres, ainsi que du chef d’homicide involontaire contre X « .

En clair l’opératrice du SAMU pourrait être poursuivie pour non assistance à personne en péril. Pour rappel, la Naomi Musenga n’avait à l’époque pas clairement expliqué son mal, en disant simplement « j’ai mal » et « aidez-moi ». Peut-être le mal était trop avancé pour qu’elle puisse en dire plus, mais ce manque de clarté a certainement influencé la décision de l’opératrice du SAMU. Celle-ci a par ailleurs reçu des dizaines de menaces de morts.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*