Tentative de viol à l’EM Strasbourg ?
By Patrick Boger (Banque multimédia de l'EM Strasbourg) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 4.0-3.0-2.5-2.0-1.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0-3.0-2.5-2.0-1.0)], via Wikimedia Commons

Tentative de viol à l’EM Strasbourg ?

[Mise à Jour] Une plainte a été déposée contre le coupable présumé.

Ce serait dans une liste BDS que les faits se seraient produits. L’affaire est pour l’instant relativement confidentielle: rien dans la presse, mais toute l’école en parle. Il s’agirait de « graves actes » à caractère sexuels commis par le président d’une liste BDS. Une liste BDS, c’est une équipe d’étudiants qui fait campagne toute l’année pour convaincre les autres étudiants de voter pour eux, afin de reprendre, l’an suivant, le Bureau Des Sports. Il existe d’ailleurs la même chose pour le Bureau des Élèves (BDE), plus connu.

L’école sort à peine d’une situation difficile en terme de communication à cause d’une fausse liste BDS intitulée Waff’EM SS. Cela avait defrayé la chronique et incité l’EM Strasbourg à nouer un partenariat avec la LICRA, afin de sensibiliser les élèves.

Un long message, publié sur Facebook (aujourd’hui supprimé), fait état de l’histoire : le président de la liste est destitué à cause de « graves actes commis » par lui-même « envers des filles de [la] liste ». Afin de « protéger les personnes concernées », la liste a choisi de « ne pas divulguer leurs noms » et de « faire le choix de l’humain » en publiant l’affaire.

Capture d'écran de la publication Facebook

Capture d’écran de la publication Facebook

Apparemment l’affaire a eu lieu lors des SAD (abréviation de services à domicile : les étudiants qui font partie d’une liste sont au service des étudiants des années supérieures. Par exemple pour livrer des paquets de cigarette ou des hamburgers). Selon quelques étudiants interrogés, il s’agirait des faits suivants : « au moment des SAD, le président dormait dans le même lit que des filles de sa liste, et il a pris leur main pour la mettre sur ses parties génitales ». Attention, ce ne sont que des témoignages, leur véracité n’est pas assurée. D’ailleurs pas de précisions sur les faits : ont-ils été commis à plusieurs reprises, ou seulement au cours d’une soirée ?

L’école n’a pour l’instant pas réagi officiellement à l’affaire. Il est fort possible que les choses n’en restent pas là pour l’agresseur présumé. Nous ignorons pour le moment si les victimes ont déposé plainte. Ces faits viennent ternir les 10 jours d’évènements organisés par l’EM Strasbourg pour ses 10 ans. En réalité l’école est bien plus ancienne, mais a changé de nom il y a dix ans, lors de la fusion entre l’IECS (Institut Européen d’Études Commerciales Supérieures) et l’IAE de Strasbourg, en 2007.

3 commentaires

  1. Encore un bel exemple de l’incompétence de la presse d’aujourd’hui

  2. Alsace Actu… Ou comment faire un article sur du vide.

  3. Un evenement sans rapport avec l’ecole associe a l’ecole parce que les personnes concernees en sont ? C’est honteux et degradant pour l’image de cette ecole. Vous n’avez aucune information verifiee et osez publier un article pour faire du buzz ? Arretez le putaclic et reprenez les bases saines du journalisme.
    Signe un eleve extremement remonte.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*