[Tribune] La polémique pour exister ou la fin du politique
By fondapol (Ministre-14) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

[Tribune] La polémique pour exister ou la fin du politique

Une tribune de Paul Frey

Laurent Wauquiez s’est récemment distingué par des propos jugés « durs » à l’égard de ses collègues des Républicains. Mais comme tous les autres, il utilise la polémique pour exister, pour faire bruire les médias, pour faire parler de lui et tenter de tirer son épingle du jeu.

Le mot polémique vient du grec polemikos, qui signifie « qui concerne la guerre ». La polémique de notre temps se rapporte donc à ce qui concerne la guerre politicienne : il s’agit pour les protagonistes de réussir à attirer les projecteurs sur eux, afin de gagner cette guerre. Ils sont comme des « stars » qui vivent de leur relation ambigüe avec la presse. A l’heure de la sur-information généralisée, faire parler de soi suffit à gagner quelques voix. Le peuple, les citoyens, électeurs ou non, sont totalement oubliés de ces conflits d’égos.

La conséquence inévitable et terrible de ce cirque médiatique est la fin du politique. Si les représentants politiques ne s’occupent plus que de leur propre élection, et passent de polémique en polémique pour rester sur le devant de la scène, alors les considérations et volontés du peuple ne peuvent être prises en compte. Le politique, c’est gérer les affaires de la polis, c’est-à-dire de la Cité et, par extension, de l’État, au profit du bien commun. Le bien commun, voilà bien le grand oublié de notre époque.

Les nouveaux médias doivent être tournés vers le bien commun, car ils n’appartiennent ni à de grandes familles politiques ni à de grands intérêts financiers. Ils doivent éviter de relayer ces vaines polémiques, de sombrer dans ce trou noir de l’information, qui aspire sans relâche l’attention générale.

Alors sortons de la polémique, cessons de commenter chaque pseudo-dérapage qui n’est qu’une énième opération de communication, tentons de mettre sur le devant de la scène de grandes problématiques qui nous concernent tous, écologie, économie, santé publique, et cessons d’accorder du temps et de l’énergie à ces tristes fantômes qui nous précipitent vers une fin peu enviable.

Ceci est l’avis d’un lecteur d’Alsace-Actu, le débat est ouvert ! 

Un commentaire

  1. Plus de lecteurs plus de citoyens mais des con-sot-mateurs,ça sera difficile pour les Media et pour le peuple

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*