[Tribune Libre] Drapeaux français et européens dans les classes : le jacobinisme version XXIème siècle
Manifestation contre la fusion des régions à Mulhouse en 2014 (Photo : Alsace Actu)

[Tribune Libre] Drapeaux français et européens dans les classes : le jacobinisme version XXIème siècle

Une tribune libre d’Arthur Vogel

L’annonce de la semaine, presque anachronique, a davantage provoqué rires et consternation qu’applaudissements. Il s’agit évidemment de la décision de rendre obligatoire la présence de drapeaux français et européens dans les salles de classe, ainsi que de l’hymne national, la Marseillaise. Encore une fois, l’Etat se vautre dans le ridicule au lieu de traiter les sujets à la racine.

Un pansement sur une jambe de bois

A l’origine de tout cela, la notion fondamentale de notre être collectif : qui sommes-nous ? Français ! Et Européens ! répondent en choeur les députés toujours unanimes du camp d’Emmanuel Macron, ainsi que les députés LR. Pourtant, si cette notion de francité et d’européanité doit être rabâchée, dite et redite, symbolisée par la présence de drapeaux, c’est bien parce que cela ne coule plus de source. Eric Ciotti (LR), député à l’origine de la proposition d’amendement, ne comprend pas qu’un drapeau ne fait pas aimer la France ou le fait d’être Français.

 

En effet dans certains quartiers, personne ne se sent « Français », à tel point que le mot passe pour une injure. La notion de nationalité française a complètement été vidée de sa substance : se réclamer d’une terre, d’une tradition, d’une culture, d’un héritage, d’une lignée, tout cela est affreusement obsolète et sera demain criminel. Mais constatant la dissolution totale de la société, dans les écoles (et dès le plus jeune âge), l’Etat veut réagir. Sans meilleure définition de l’identité, cela restera vain. Cette mesure ne vaut pas mieux qu’un pansement sur une jambe de bois : elle est un ravalement de façade sur une maison en ruines.

Le jacobinisme de retour

Comme d’habitude, les provinces, régions, « pays » de France sont les grands oubliés de ces choix. Pourquoi ne pas mettre également un drapeau alsacien dans les salles de classe ? Tout simplement car l’Etat et ses ministres, dans un accès de nostalgie à l’égard de la IIIème République, remettent au goût du jour un jacobinisme que nous croyions passé de mode.

Refaire l’unité d’un pays par son uniformisation, par le caractère interchangeable de tous ses citoyens (ce sont tous des Français, et seulement des Français), voilà un projet qui devrait susciter plus d’inquiétude qu’autre chose. L’Alsace, de la fin de la deuxième guerre mondiale aux années 80, en a souffert terriblement.  Cette période a coïncidé avec celle de la fin des terroirs, des particularismes régionaux, ce qui s’est traduit par une destruction terrible de la diversité culturelle observable en France avant cette époque. Depuis, on nous dit que l’immigration va apporter davantage de diversité…

Repenser notre identité par la base

On peut parfaitement se sentir Français et Européen, tout en étant Alsacien. Mais un Alsacien sera aussi attaché à son identité, sa culture, sa gastronomie, ses paysages, son architecture, sa langue, bref à tout ce qui fonde son quotidien, à tous ses repères. Et si l’on veut redonner à la population française sa substance, il faut l’orienter vers davantage d’enracinement, vers la réconciliation avec ses terroirs, pour ensuite reforger une unité française au sein de l’Europe.

Ainsi donc, il aurait pu être question non seulement d’ajouter les drapeaux régionaux dans les salles de classe, mais aussi de différencier l’enseignement selon les lieux : un Alsacien apprendrait dès lors à mieux connaître sa culture, différente de celle d’un Breton ou d’un Auvergnat. Le symbole des drapeaux aurait alors trouvé sa justification, celle d’une volonté de renouer avec la question de l’identité, plutôt que de vouloir n’en garder que les éléments qui assurent la paix sociale. Et cette mesure n’aurait pas été d’un jacobinisme anachronique, mais un premier pas vers une meilleure définition de nous-mêmes.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*