[Tribune Libre] Gilets Jaunes : N’allez pas à Paris, agissez près de chez vous !
Photo Alsace-Actu

[Tribune Libre] Gilets Jaunes : N’allez pas à Paris, agissez près de chez vous !

Une tribune libre d’Arnaud Schmitt

Christophe Castaner a tendu un piège redoutable aux gilets jaunes : autoriser une manifestation au Champ de Mars. 24,5 hectares, une superficie impossible à recouvrir à moins d’une mobilisation colossale. Or les Parisiens sont peu concernés par les problèmes de taxes sur les voitures et n’apporteront donc pas de sang neuf à la manifestation. Bref l’extraordinaire élan qui secoue la France depuis samedi 17 novembre ne doit pas cesser à cause d’un échec à Paris. Au contraire, agissons chez nous !

 Des actions intéressantes en Alsace

A Roppenheim, un pont qui traverse le Rhin est bloqué depuis samedi. A Carspach, des gilets jaunes se relaient sans relâche depuis le 17 novembre. Des gilets jaunes s’organisent de plus en plus pour mener des actions intelligentes (blocages ciblés, d’un dépôt de pétrole ou d’un centre des impôts) qui gênent l’Etat sans gêner la population.

Les Alsaciens s'organisent - Capture écran Facebook

Les Alsaciens s’organisent – Capture écran Facebook

Ce sont ces personnes qu’il faut soutenir, physiquement, en les rejoignant. Un groupe Facebook qui compte déjà 40 000 membres recense et propose des actions en Alsace : https://www.facebook.com/groups/420856578444588/?fref=nf

Un rassemblement de soutien au gilet jaune condamné aura également lieu à Strasbourg. Autour de chez vous, des actions se préparent. Donc délaissez vos projets parisiens et agissez en Alsace, pour faire vivre et grandir un mouvement qui suscite un espoir sans précédent !

Un mouvement décentralisé qui ne doit pas finir à Paris

La France a la mauvaise habitude de tout centraliser dans sa capitale. Nous, Alsaciens, connaissons bien le problème. En allant manifester à Paris, on accepte cet ordre des choses, on accepte le jacobinisme qui centralise tout. Le mouvement des gilets jaunes a été un raz-de-marée, populaire, spontané, et surtout « local ».

Partout, même dans de petits villages, des personnes ont décidé de se lever. Ce serait un comble qu’un des seuls mouvements non-parisien se retrouve en définitive à Paris !

 

Une division des forces

Au fond, cette manifestation va diviser les forces : dans les communes, le mouvement a besoin de personnes engagées, qui apportent un soutien réel. Privé d’une partie de ses forces, le mouvement décentralisé pourrait mourir.

Et puis, tout le monde ne peut pas se payer le luxe d’un aller-retour à Paris. Ainsi la manifestation parisienne pourrait être un flop, tout en tuant celles des régions. 30 000 personnes seraient attendues à Paris, alors qu’il en faudrait 1 million pour espérer peser dans la balance… Encore une fois, ne nous laissons pas happer par le mirage parisien, agissons localement et intelligemment !

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*